Le Virginia Museum achète un portrait de Benjamin West


JPEG - 93.8 ko
Benjamin West (1738-1820)
Portrait du prince William et de sa sœur aînée
la princesse Sophia
, 1779
Huile sur toile - 153 x 214 cm
Richmond, Virginia Museum of Fine Arts

6/10/15 - Acquisition - Richmond, Virginia Museum of Fine Arts - Parmi les portraits de famille que le roi George III d’Angleterre commanda à Benjamin West entre 1777 et 1784, le seul à ne pas être conservé dans les collections royales a été récemment acquis par le Virginia Museum. Il était passé en vente chez Sotheby’s à Londres le 3 juillet 2013 et a été acheté auprès des Hirschl & Adler Galleries à New York.

West peignit en effet une série de portraits doubles ou en groupe, et ce tableau, qui fut réalisé en 1779 et qui représente la nièce et le neveu du roi, en fait probablement partie. Il témoigne de la réconciliation de George III avec son frère, William Henry, duc de Gloucester et d’Édimbourg, exilé en Italie pour avoir épousé la fille illégitime d’Edward Walpole. Le Viriginia Musueum conserve d’ailleurs un portrait de Maria Walpole par Nathaniel Dance-Holland. La santé du duc l’obligea à rentrer en Angleterre et l’inquiétude qu’il eut alors pour l’avenir de ses enfants fut apaisée par une dotation proposée par le roi, confirmée par le Parlement. Le tableau illustre la protection que George III assure à ses neveux. La silhouette de Westminster se profile à l’horizon et Sophie désigne à son petit frère William un relief sculpté : le lion, symbole de la monarchie anglaise ; une hermine, l’ordre de la jarretière et la couronne sont posés à proximité. Le petit William, quant à lui, a une bourse dans la main, et se tient à côté d’une statue de la louve nourrissant Remus et Romulus qui illustre la protection des orphelins par le royaume. Elle est très comparable au chien d’Alcibiade, sculpture romaine vendue à Londres en 1778 et que l’artiste a peut-être vue.
On retrouve, dans les autres portraits des membres de la famille royale que peignit Benjamin West à la même époque, des compositions similaires : des enfants déployés en frise, un tapis richement orné au sol, un lourd rideau dans la partie supérieure qui laisse voir un paysage à gauche. La silhouette de Westminster apparaît également dans le portrait de la Reine Charlotte et de la princesse Charlotte
Ce tableau peut être interprété plus largement, dans la mesure où il fut peint pendant la Révolution américaine : le roi protège ses sujets qui, en échange, lui doivent obéissance.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 6 octobre 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un Carriès et deux Chassériau acquis par le Musée des Beaux-Arts de Montréal

Article suivant dans Brèves : Le Musée de Grenoble achète un Morandi