Contenu abonnés

Le Teylers Museum achète un dessin de David Joris

1. David Joris (vers 1501-1556)
David combattant les vices, 1536
Plume et encre brune et rouge
42 x 28,7 cm
Haarlem, Teylers Museum
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

23/6/22 - Acquisition – Haarlem, Teylers Museum - Très admiré chez Christie’s à Paris il y a quelques semaines dans la vente du 18 mai dont le lot vedette était bien sûr le dessin inédit de Michel-Ange (voir la brève du 16/5/22), ce fascinant dessin (ill. 1) de David Joris ne pouvait que séduire. Estimé 40/60 000 €, il s’envola jusqu’à 126 000 € frais compris et fut acquis par le Teylers Museum de Haarlem avec le soutien du Vereniging Rembrandt et de Matthijs de Clercq, collectionneur néerlandais proche de l’institution qui avait exposé une sélection des plus belles feuilles dont il avait mécéné l’acquisition à l’été 2010 [1]. Cette feuille puissante et énigmatique n’est pas facilement lisible, même lorsqu’on la tient entre ses mains, car son sujet est indissolublement lié à la personnalité artistique singulière de son auteur.

Comme l’expliquait la notice du catalogue de la vente, l’inscription désignant Baldung Grien est caduque mais le monogramme DI visible en bas à droite de la feuille est bien plus intéressant puisqu’il désigne le véritable dessinateur. David Joris avait reçu une formation de peintre verrier mais reste surtout connu aujourd’hui pour ses activités de prédicateur anabaptiste, qui le contraindront à une vie d’exil dans toute l’Europe à partir des années 1530. Auteur prolifique, il mena donc une existence itinérante depuis les Flandres jusqu’à Bâle et aux Pays-Bas mais sa véritable identité ne fut révélée qu’après sa mort : le corps de l’hérétique fut alors exhumé et incinéré. L’Europe des guerres de religions n’était pas tendre avec l’anabaptisme, combattu avec férocité par les autorités religieuses catholiques et protestantes - pour une fois unies - puisque la liberté d’esprit de ses membres constituait une véritable menace politique. Généralement…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.