Le site Hyacinthe Rigaud, complément indispensable du catalogue d’Ariane James-Sarazin


22/10/17- Internet et publication - Il est difficile de suivre le rythme des parutions des ouvrages d’histoire de l’art. Nous tentons de le faire en signalant tous les ouvrages reçus dans une rubrique spécifique, mais cela est souvent insuffisant pour certains livres qui mériteraient une analyse détaillée. Celle-ci n’est pas toujours possible : le rythme des expositions et la nécessité d’en parler avant qu’elles ne se terminent, les enquêtes à mener, les articles à écrire, le temps qui manque, tout cela rend parfois difficile de traiter comme il se doit tel ou tel ouvrage important, surtout quand celui-ci est énorme et demanderait pour le lire et le critiquer avec pertinence au moins une semaine.

JPEG - 387.7 ko
Hyacinthe Rigaud (1659-1743)
Portrait de Pierre Paul Guérin,
cardinal de Tencin
, vers 1739
Huile sur toile - 81 x 65 cm
Collection particulière
Photo : Ariane James-Sarazin
Voir l'image dans sa page

Nous avons à plusieurs reprises fait allusion au catalogue raisonné publié par les éditions Faton sur Hyacinthe Rigaud. Pour l’avoir largement consulté, et pour connaître le sérieux de son auteur, Ariane James-Sarazin, nous savons qu’il s’agit d’un ouvrage fondamental. Ceci a d’ailleurs été démontré par les nombreux prix qu’il a reçu : il vient de se voir attribuer le prix du Syndicat National des Antiquaires, après avoir reçu le prix Marianne Roland-Michel et le prix XVIIe siècle décerné par la Société d’Étude du XVIIe siècle.
Faute d’un article digne de ce nom dans La Tribune de l’Art, nous pouvons au moins signaler qu’un site internet remarquable a été mis en ligne, dont l’objectif est de mettre à jour, au fur et à mesure, les deux tomes de l’ouvrage. Décider d’une entreprise comme celle-ci est une chose. L’enrichir régulièrement en est une autre. C’est pourtant l’exploit que réussit Ariane James-Sarazin : depuis la publication du livre, pas moins de 32 articles sont parus qui viennent encore compléter la connaissance de Hyacinthe Rigaud, mais aussi celle de ses élèves et collaborateurs, et de sa biographie. On y trouve ainsi - ce ne sont que quelques exemples - la publication d’un portrait catalogué mais jusqu’ici perdu, la réévaluation d’un portrait donné comme une réplique ou une copie, et désormais considéré comme un original après sa restauration, le rejet de l’attribution à Rigaud d’un dessin passant en vente, ou encore la réapparition d’un tableau peint par J. B. Montmorency, l’un des collaborateurs de Rigaud.

Le catalogue Rigaud devient donc une œuvre en devenir, à la fois publication et site internet, dont l’élaboration se poursuit en continu. Incontestablement, il s’agit d’un modèle nouveau dont on espère qu’il fera école. La consultation régulière de ce site est non moins indispensable à tout amateur de la peinture française des XVIIe et XVIIIe (Rigaud appartient à un siècle comme à l’autre) que l’achat de ce catalogue raisonné.


Didier Rykner, dimanche 22 octobre 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Récentes acquisitions napoléoniennes du Musée Fesch

Article suivant dans Brèves : Un panneau attribué à Jan van Dornicke acquis par Cassel

Publicité Artcurial octobre 2017