Le Salon des artistes coloniaux Contenu abonnés


Auteur : Stéphane Richemond

JPEG - 13.2 ko

Au moment où l’Institut du Monde arabe, titrant De Delacroix à Renoir. L’Algérie des peintres, attire une foule de visiteurs, un livre à l’aspect pourtant bien modeste vient donner un complément scientifique de première importance à cette exposition. Stéphane Richemond, que nous connaissions déjà pour son ouvrage remarquablement documenté sur les terres cuites orientalistes et africanistes, paru chez le même éditeur en 1999, nous offre, en effet, une mise au point précise et précieuse consacrée à la période 1881-1962 et aux liens qu’entretinrent expositions artistiques et inspirations (aspirations, diront d’autres) coloniales.
Tout commence d’une manière bien traditionnelle lorsque l’administration des beaux-arts, mal à l’aise devant la partition du Salon entre deux sociétés rivales,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Les Métamorphoses d’Ovide illustrées par la peinture baroque

Article suivant dans Publications : L’éloquence de la couleur ou le génie des émules de Bonington