Le retour du Thésée combattant le Centaure de Barye sur l’île Saint-Louis


JPEG - 142.6 ko
1. Laurent Marqueste (1848-1920)
Monument à Barye, 1894
Avec la nouvelle fonte du Thésée combattant le Centaure Biénor
Bronze et pierre
Paris, Square Barye
Photo : Didier Rykner

17/9/11 - Patrimoine - Paris, Square Barye - Si un lecteur de La Tribune de l’Art ne nous l’avait signalée, l’information serait passée complètement inaperçue, même si une recherche Google nous a ensuite permis de voir que deux blogs en avaient déjà parlé1. La statue de Barye, Thésée combattant le Centaure Biénor, qui se trouvait sur le monument dédié à ce sculpteur et qui avait été fondue pendant l’occupation allemande avec de nombreuses autres sculptures en bronze, est revenue sur son socle (ill. 1). Il s’agit bien sûr d’une fonte moderne, mais de belle qualité, offerte par le mécénat de la Chi Mei Culture Foundation de Taïwan.

Il semblerait, d’après le blog Paris, d’un pont à l’autre, que l’installation de ce bronze ait eu lieu le 6 mai dernier et inaugurée le 122. On admirera la discrétion de la Ville de Paris qui n’en a fait à notre connaissance nulle part mention, qui ne le signale pas sur son site Internet et qui n’a même pas prévenu la presse. Le mépris avec lequel elle semble donc accueillir ce geste remarquable, provenant qui plus est d’une fondation étrangère, en dit long sur l’indifférence de la municipalité actuelle pour tout ce qui touche au patrimoine3. Un autre bronze d’après un modèle de Barye, Le lion au serpent, se trouvait devant le monument comme on le voit sur les cartes postales anciennes (ill. 2). On aurait pu imaginer qu’une nouvelle fonte de celui-ci soit financée par la Mairie de Paris, qui aurait ainsi montré qu’elle appréciait le geste de la Chi Mei Foundation en le complétant. Il est probable qu’on l’attendra encore longtemps.


JPEG - 103.5 ko
2. Laurent Marqueste (1848-1920)
Monument à Barye, 1894
Avant la fonte des bronzes en 1942
Bronze et pierre
Paris, Square Barye
Photo : Carte postale ancienne

Le monument de Barye, réalisé en 1894, est dû à Laurent Marqueste. Elève de François Jouffroy et Alexandre Falguière, prix de Rome en 1871, celui-ci sculpta des copies en pierre de deux allégories, La Force et L’Ordre, exécutées par Barye pour le pavillon Denon du Louvre, tandis que le groupe de Thésée couronnait l’ensemble. Il s’agissait d’un agrandissement en bronze réalisé par Barbedienne à l’aide du procédé Colas, sous le contrôle de Marqueste4, de l’œuvre exposée au Salon de 1850 et dont de nombreuses versions existent, parmi lesquelles le bronze original, au Musée Crozatier du Puy-en-Velay, et un exemplaire posthume fondu par Honoré Gonon en 1877 (Louvre).
Signalons que la Chi Mei Foundation gère à Taiwan un musée privé dont le site Internet montre qu’il conserve d’intéressantes collections de peintures et sculptures occidentales, dont une autre réplique de cette sculpture.


Didier Rykner, samedi 17 septembre 2011


Notes

2Nous n’avons pas interrogé Danièle Pourtaud, adjointe au maire de Paris en charge du patrimoine, car celle-ci ne répond jamais à nos questions.

3Signalons seulement, sur le site de la mairie du IVe arrondissement, quelques photos de l’installation du groupe.

4Voir Michel Poletti et Alain Richarme, Barye. Catalogue raisonné des sculptures, Paris, 2000, p. 109.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Des œuvres du Moyen Age entrent au Louvre et à Cluny

Article suivant dans Brèves : La Commission de l’Hôtel de la Marine a remis son rapport au président de la République