Le Palais de Tau acquiert un portrait de Louis XIV attribué à Testelin


JPEG - 61.5 ko
Attribué à Henri Testelin (1616 - 1695)
Portrait de Louis XIV, vers 1648
Huile sur toile - 155 x 102 cm.
Reims, Palais de Tau

5/4/15 - Acquisition - Reims, Palais de Tau - La grâce enfantine et la majesté royale se combinent dans ce portrait du jeune Louis XIV en costume de sacre. Il a été préempté pour le Palais de Tau par le Centre des Monuments Nationaux lors de la vente du 25 mars, organisée à Paris par FL auction au cours de laquelle il a été adjugé 29 000 euros. Attribué à Henri Testelin, il est sans doute une réplique de la toile peinte vers 1648 et conservée aujourd’hui à Versailles.
Louis XIV est peint en pied : vêtu du manteau fleurdelisé, il est aussi doté du collier de l’ordre du Saint-Esprit et du bâton de commandement. Devenu roi en 1643 lorsqu’il avait cinq ans, il est représenté ici âgé d’une dizaine d’années c’est-à-dire avant la date de son sacre qui eut lieu en 1654 ; le costume est d’ailleurs fantaisiste, il s’agit avant tout d’affirmer la stabilité d’un dynastie et l’autorité royale alors contestée par le parlement et la noblesse, et fragilisée par le début de la Fronde.

Comme le souligne Clotilde Roy, chargée des acquisitions au CMN, un nettoyage du tableau permettra d’apporter des éléments nouveaux et de confirmer (ou non) l’attribution à Testelin. L’œuvre qui était passée en vente le 27 mars 2012 chez Blanchet et associés à Drouot, était déjà attribuée à Testelin et décrite comme un portrait de Louis XIV, malgré l’inscription très probablement postérieure visible à droite de la composition : « Louis Dauphin / fils de Louis XIV / âgé de neuf ans / et demi fait St / Germain 1671 / Mignard pinxit »

Henri Testelin, qui fut l’un des fondateurs de l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1648, réalisa plusieurs portraits de Louis XIV : un autre montre le jeune monarque assis, une couronne de lauriers à la main tendue vers une palette de peintre et un marbre déposés à ses pieds. Une composition que le maître développa plus tard, en 1668, en représentant Louis XIV protecteur de de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, dimanche 5 avril 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau de Colson pour Dijon

Article suivant dans Brèves : Le Portrait de violoniste d’Anne Vallayer-Coster a été acquis par Stockholm