Contenu abonnés

Le nouveau musée de la Ville d’Hyères est une banque

Les lingots ont cédé la place à d’autres trésors, les liasses de billets ont été remplacées par des toiles de maîtres, la Banque d’Hyères est le musée d’aujourd’hui (ill. 1 et 2).


1. La Banque, Musée des Cultures et du Paysage à Hyères
Photo : Ville de Hyères
Voir l´image dans sa page
2. La Banque, Musée des Cultures et du Paysage à Hyères
Photo : Ville de Hyères
Voir l´image dans sa page

Il était temps. Voila vingt ans que les collections étaient en caisses. Créé en 1883, le musée fut d’abord installé dans ce qu’on appelait le Château Denis, demeure du maire Alphonse Denis qui la légua à la Ville. Puis les œuvres furent déployées dans le Park Hôtel, acheté aux enchères par la municipalité en 1934. Mais l’hôtel devint un établissement thermal et le musée fut relégué au troisième étage de la Cité administrative en 1963, dans des espaces parfaitement inadaptés. Ce déménagement provoqua d’ailleurs la démission du conservateur de l’époque, Emmanuel-Charles Bénézit. En 2000 la Cité administrative fut transformée en médiathèque, et en 2002 les collections furent enfermées dans un garde-meuble, ponctuellement présentées à l’occasion d’expositions temporaires. Aussi, lorsqu’en 2003, la Banque de France décida de vendre le bâtiment qui abritait sa succursale à Hyères, la Ville sauta sur l’occasion pour y installer son musée. Voilà donc un édifice qui avait pour fonction d’être fermé à double tour et qui a désormais la vocation d’exposer ses pépites aux yeux du plus grand nombre.


3. La salle des coffres
La Banque, Musée des Cultures et du Paysage à Hyères
Photo : Ville de Hyères
Voir l´image dans sa page

Les rebondissements furent néanmoins nombreux et les travaux de réhabilitation ne commencèrent qu’en 2018. En effet, les élections de 2008 rebattirent les cartes, la nouvelle municipalité enterra le projet, il fallut attendre 2014 et l’élection de Jean-Pierre Giran pour qu’il fût exhumé, avec l’aide de son adjoint à la culture François Carrassan. Un concours fut lancé, remporté par Alain-Charles Perrot, architecte en chef des monuments historiques, associé à Bruno Donzet, architecte de la région.

Le parcours de visite

Ce bâtiment de style néo-classique fut construit entre 1923 et 1925 par un Parisien, Alphonse Defrasse, en collaboration avec un Hyérois, Léon David, à qui l’on doit des maisons de villégiature et certaines extensions de la Villa Noailles. Prix de Rome en 1886, Defrasse fut quant à lui architecte en chef de la Banque de France de 1898 à 1936 et construisit des succursales dans tout le pays, Narbonne, Orléans, Nancy, Neuilly-sur-Seine....
Il a bien évidemment fallu adapter cet « édifice remarquable » à sa nouvelle fonction de musée, tout en préservant autant que faire se put ses caractéristiques. La salle des coffres est toujours visible au sous-sol (ill. 3) et la caisse auxiliaire autrefois utilisée pour ranger les billets et les chèques proposera désormais des ouvrages…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.