Le Musée Fabre préempte deux peintures de George-Daniel de Monfreid


20/3/17 - Acquisitions - Montpellier, Musée Fabre - L’étude Beaussant-Lefèvre dispersait à Drouot le 8 mars dernier des œuvres et souvenirs d’Henry de Monfreid, aventurier, écrivain Les Secrets de la Mer Rouge, et accessoirement marchand de perles, de haschich, et d’armes. Il y figurait aussi des estampes et des toiles de la main de son père, George-Daniel de Monfreid, peintre plus réputé que son fils. À cette occasion, le Musée Fabre a préempté un paysage de Lozère et un autoportrait (ill. 1 et 2), pour 22 499 et 37 499 euros (frais inclus).


JPEG - 42.7 ko
1. George-Daniel de Monfreid (1856-1929)
Paysage de Lozère, Vareilles, 1891
Huile sur toile - 71,5 x 91,5 cm
Montpellier, Musée Fabre
Photo : Beaussant-Lefèvre
Voir l'image dans sa page
JPEG - 215.2 ko
2. George-Daniel de Monfreid (1856-1929)
Autoportrait, 1909,
Huile sur papier marouflé sur toile - 61 x 47 cm
Montpellier, Musée Fabre
Photo : Beaussant-Lefèvre
Voir l'image dans sa page

Monfreid, qui se forma aux Académies Julian et Colarossi, réalisa de nombreux portraits - de ses proches essentiellement -, des paysages et des natures mortes, d’abord influencé par Guillaumin, les artistes post-impressionnistes et ensuite essentiellement par Gauguin qui fut son ami. Il exposa à Paris, au Salon des artistes français en 1877 et participa à l’exposition Volpini en 1889. Familier de Fontfroide, il s’établit à Saint-Clément (Pyrénées-orientales) où il un anima un cercle d’artistes parmi lesquels on compte Laugé ou Maillol (voir l’article). Monfreid exposa aussi au Salon de Béziers organisé par Gustave Fayet. Longtemps Monfreid a été connu pour l’amitié qui le lia à Gauguin dès 1887 et avec lequel il entretint une correspondance. L’exposition très complète George-Daniel de Monfreid, 1856-1929. Le confident de Gauguin à Alençon et à Narbonne en 2003 l’a pleinement réhabilité. Comme Fayet, il posséda de nombreuses œuvres du maître, qui arrivaient de Polynésie dans les ports du Languedoc, et s’occupa de leur vente et plus généralement de la reconnaissance de son art, rédigeant enfin sa biographie. Si notre peintre avait déjà offert le manuscrit de Noa-Noa en 1927, la donation Huc de Monfreid aux musées nationaux en 1955 comportait des toiles de Gauguin mais aussi plusieurs tableaux de George-Daniel, appartenant aujourd’hui au musée d’Orsay. Celui-ci vient de déposer en 2016 plusieurs d’entre eux au musée de Narbonne et en prêtera d’autres pour la réouverture du musée Rigaud de Perpignan, en juin prochain.

Ses paysages du Sud de la France, lumineux, sont pour la plupart vides de toute figure humaine. Celui que vient d’acheter le Musée Fabre, baigné d’une lumière rose, est animé par une silhouette enfantine passant devant un calvaire, et n’est pas sans rappeler l’art d’un Maurice Denis.
L’annotation que l’on peut lire sur l’autoportrait à gauche1 fait référence à Armgart Freudenfeld épouse d’Henry et donc belle-fille du peintre. Monfreid réalisa un certain nombre d’autoportraits tout au long de sa carrière. Il se représente plus jeune, adoptant la même pose décidée, en buste de trois-quarts, les bras croisés, la tête tournée vers le spectateur, mais avec une touche néo-impressionniste, alors qu’il est ici davantage influencé par l’art nabi. Un autoportrait de 1902 est assez comparable à celui du Musée Fabre et plus encore celui qu’il a peint en 1905 dans lequel il est vêtu de la même manière et choisit le même fond mouvant nuancé de verts et de bruns. Il se rapproche aussi de l’Hommage à Gauguin déposé au musée Rigaud de Perpignan, daté de 1925.

Le Musée Fabre souhaite renforcer son fonds symboliste et fin de siècle déjà représenté notamment par des œuvres de Charles Cottet et Eugène Carrière. L’autoportrait de Monfreid viendra ainsi rejoindre celui de Maurice Denis peint dix ans plus tard. Le musée envisage par ailleurs de consacrer une exposition aux collectionneurs dans le midi autour de Gustave Fayet et de la visite de Gauguin et de Van Gogh au Musée Fabre.


La Tribune de l’Art, lundi 20 mars 2017


Notes

1« À notre chère enfant Armgart Freudenfeld (ma grand-mère). G. de Monfreid. »





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Dessins, tableaux, sculptures : plusieurs ventes chez Artcurial

Article suivant dans Brèves : Degas, tableaux et dessins anciens : plusieurs ventes chez Christie’s Paris