Le musée du baroque romain à Ariccia Contenu abonnés


JPEG - 106.2 ko
1. Ariccia
Vue de la ville prise du pont
Photo : Philipp Feiereisen
Voir l'image dans sa page

Les visiteurs de Rome ont tellement à voir dans la ville éternelle qu’ils ne pensent pas forcément à se rendre à Ariccia, une petite ville située à moins d’une heure de train au départ de la Stazione Termini (ill. 1). Ils ont tort, particulièrement ceux qui aiment le baroque. Car Ariccia, ville de résidence des Princes Chigi (famille dont fut issu le pape Alexandre VII), est un des fiefs du Bernin, qui prit en charge de nombreux chantiers et dirigea notamment la construction de l’église et d’une partie du Palazzo Chigi qui lui fait face. Si cet ensemble est malheureusement quelque peu pollué par la circulation automobile (un pont, construit au XIXe siècle, et l’escarpement des lieux en font une voie de passage obligée, et très fréquentée), il a tout de même belle allure.


JPEG - 25.8 ko
2. Gian-Lorenzo Bernini (1598-1680)
Eglise de l’Assomption
Ariccia
Photo : D. R. (licence Creative Commons)
Voir l'image dans sa page
JPEG - 71.8 ko
3. Palazzo Chigi
Ariccia
Photo : D. R. (licence Creative Commons)
Voir l'image dans sa page

Certes, l’église (ill. 2) ne figure pas parmi les plus importantes réalisations du Bernin. D’un format ovale, comme Saint-André-du-Quirinal, sa façade est sans conteste moins réussie. En revanche, la manière dont les deux petits palais qui la jouxtent se lovent autour d’elle est très originale. Le chœur est décoré d’une fresque de Guillaume Courtois (il Borgognone), peintre qui collabora fréquemment avec le Bernin (il est aussi l’auteur de la Crucifixion de saint André sur l’autel de Saint-André-du-Quirinal).
Face à l’église, le Palais ne manque pas de majesté, avec son imposante façade (ill. 3). Depuis 1999, le rez-de-chaussée et le premier étage sont occupés par des appartements meublés par les Chigi, comprenant de nombreuses peintures, sculptures et objets d’art du Seicento, dont deux tableaux de Michele della Pace déposés par le grand collectionneur milanais Luigi Koelliker. La chapelle renferme un grand dessin à la sanguine peint directement sur le mur par le Bernin.


JPEG - 37.3 ko
4. Giovanni Battista Gaulli,
dit il Baciccio (1639-1709)
La Force et la Charité, vers 1667
Huile sur toile - 99 x 74,5 cm
Ariccia, Museo del Barocco Romano
Photo : Museo del Barocco Romano
Voir l'image dans sa page


JPEG - 77.3 ko
5. Andrea Pozzo (1642-1709)
Etude pour une coupole feinte
Huile sur toile - 77 x 76 cm
Ariccia, Museo del Barocco Romano
Photo : Museo del Barocco Romano
Voir l'image dans sa page

Le plus original, dans ce palais, est la présence depuis 1999 d’un tout nouveau musée, aujourd’hui riche de plus de 200 peintures issues de quatre donations. La première est celle de l’historien de l’art Maurizio Fagiolo dell’Arco, prématurément décédé en 2002. Il s’agissait de 48 œuvres du XVIIe siècle romain, essentiellement des esquisses et des portraits, ce qui a décidé de l’orientation du musée et de sa dénomination de Museo del Barocco Romano. Spécialiste notamment du Baciccio, Fagiolo…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Interview de Fabrizio Lemme

Article suivant dans Musées : Les fantômes de Versailles