Le Musée des Tissus doit être sauvé malgré Lyon Contenu abonnés


JPEG - 309.1 ko
Georges Képénékian
Maire de Lyon
Photo : Wikipedia/Actualitté (CC BY-SA 2.0)
Voir l'image dans sa page

Nous écrivions le 6 juillet dernier que le Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon allait être sauvé. Nous pouvions légitimement tirer cette conclusion après la décision de la Région de prendre en charge une importante partie des frais de fonctionnement et des investissements à sa charge, avec l’aide de l’État, de l’Union Interentreprises Textile Lyon et Région et même de la Chambre de Commerce et d’Industrie qui, non contente de céder un patrimoine immobilier considérable (estimé à 16 millions d’euros) et des collections uniques pour un euro symbolique, acceptait de participer aux frais de fonctionnement pour 200 000 € par an. Ne manquaient plus à l’appel que la mairie de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Des inondations au Louvre classées « secret défense »

Article suivant dans Éditorial : Le Musée des Tissus est sauvé (et cette fois pour de bon)