Le Musée des Arts décoratifs rouvre ses portes Contenu abonnés


JPEG - 39 ko

Enfin ! Après dix ans de fermeture, un temps beaucoup trop long, le Musée des Arts Décoratifs rouvre ses portes aujourd’hui.
Malgré certaines imperfections, l’ensemble est plutôt réussi. L’architecture de la nef centrale (ill.) semble avoir été respectée, même s’il est difficile de se rappeler son aspect antérieur. Grâce à cet axe, qui structure le bâtiment, le visiteur peut à tout moment se repérer aisément, d’autant que de nombreuses fenêtres permettent de se situer par rapport à l’extérieur. La signalétique est cependant encore déficiente et pourrait être améliorée. De même, les cartels manquent dans bien des endroits ce qui est étonnant vu le temps dont le musée disposait pour les réaliser. Quand ils existent, ils sont souvent peu pratiques (on ne saurait trop regretter cette mode des cartels collectifs regroupant plusieurs œuvres, ce qui oblige à faire un va-et-vient incessant entre l’objet et sa « légende »), incomplets ou parfois même trop généreux, faisant croire à une attribution plus flatteuse que la vraie (ainsi Diane au bain, une copie, sans doute du début du XVIIe siècle, d’un tableau de François Clouet conservé à la National Gallery de Washington, est présentée comme attribuée à ce maître, ce qui est abusif).

Le parcours chronologique est clair et agréable à suivre. Si les surfaces d’expositions sont hélas beaucoup trop petites pour montrer l’ensemble des collections, l’accrochage n’a rien de minimaliste comme dans de trop nombreux musées. Presque partout, l’abondance règne. Parfois trop même, comme dans cette salle où les commodes sont exposées dans des niches qui montent jusqu’au plafond, une idée qui paraît vraiment curieuse. Les vitrines sont pleines à craquer, ce dont on ne se plaindra pas, mais la disposition des objets est parfois un peu sage, trop rectiligne, ennuyeuse. Péché véniel qui pourra aisément être corrigé mais qu’on retrouve cependant dans l’accrochage de certains tableaux, en particulier dans les galeries Moyen Age et…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Réouverture du Musée de l’Orangerie

Article suivant dans Musées : Les musées ne sont pas à vendre