Le musée de Stockholm acquiert un dessin de l’entourage de Goltzius


JPEG - 81.9 ko
Entourage d’Hendrick Goltzius (1558-1617)
Cyclopterus lumpus ou lompe
Aquarelle et gouache - 22,4 x 36,3 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Nationalmuseum

27/10/15 - Acquisition - Stockholm, Nationalmuseum - L’aquarelle fut un temps attribuée à Hendrick Goltzius, elle est désormais retombée dans l’anonymat, ce qui n’a pas empêché le Nationalmuseum de Stockholm de l’acquérir pour 43 500 euros lors de la vente qu’organisait Christie’s à Amsterdam le 13 mai 2015 ; elle faisait alors partie de la collection I.Q. Van Regteren Altena (1899-1980), grand historien d’art qui fut à la tête du département des gravures et des dessins du Rijksmuseum.

La feuille montre un cyclopterus lumpus ou lompe, un poisson dont l’aspect monstrueux l’a fait échouer dans les naturalia accumulés dans les cabinets de curiosité parmi les divers animaux naturalisés, squelettes carapaces, les coquillages, fossiles... Au XVIe siècle les études naturalistes de la faune et de la flore ne sont pas rares. L’artiste décrit avec précision ce poisson, ses nageoires, les petits nodules cutanés sur sa peau d’écailles, et les rangées de tubercules osseux sur le flanc.

Ce dessin a figuré dans une exposition1 en 1976-1977 : son attribution à Goltzius était alors fondée sur sa comparaison avec une feuille du maître très similaire, aujourd’hui conservée à la Bibliothèque royale Albert Ier de Bruxelles. Cependant la technique diffère : Goltzius combine la sanguine, la pierre noire, la craie blanche et l’encre brune, alors que le poisson de Stockholm est tracé à aquarelle et à la gouache. Le catalogue de vente de Christie’s suggérait que cette feuille fût de la main d’un artiste italien. Carina Fryklund, conservateur au Nationalmuseum de Stockholm, souligne que des études de poissons à l’aquarelle furent en effet produites en Italie à l’époque de Goltzius : peut-être connaissait-il les réalisations d’un Jacopo Ligozzi et de quelques autres, il aurait pu les voir lors de son voyage en Italie notamment ; mais selon elle, ce dessin est plus proche des œuvres autographes du maître de Harlem que des exemples italiens.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 27 octobre 2015


Notes

1Rotterdam, Museum Boijmans Van Beuningen, Paris, Fondation Custodia, et Bruxelles, Bibliothèque Albert 1er, « Le Cabinet d’un Amateur : Dessins flamands et hollandais des XVIe et XVIIe siècles d’une collection privée d’Amsterdam », 1976-1977.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un Vernansal pour Chicago

Article suivant dans Brèves : De nombreuses aquarelles du fonds Belloir & Vazelle acquises par des musées