Le Maître au perroquet identifié Contenu abonnés


10/12/17 – Attribution – Maître au perroquet – À Anvers, dans la première moitié du XVIe siècle, pas moins d’une centaine d’ateliers étaient actifs, produisant des œuvres pour des commanditaires locaux ou destinées à l’exportation. Beaucoup de peintures restent anonymes et leur production a été regroupée sous le nom d’un maître de convention. Parmi ceux-ci, le Maître au Perroquet a été inventé au début du XXe siècle par Walter Friedländer à partir d’un tableau aujourd’hui conservé au San Diego Art Museum et représentant une Vierge à l’enfant avec un perroquet (ill. 1). Cet oiseau représente l’Immaculée Conception de Marie, née sans péché originel. Autour de cette peinture, Friedländer puis d’autres historiens d’art ont réuni un corpus d’œuvres dont il n’est d’ailleurs pas certain que…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un questionnaire de la Commission européenne sur le commerce de l’ivoire

Article suivant dans Brèves : Le château de la Mothe-Chandeniers sauvé grâce à « J’adopte un château »