Le Maire de Lens veut détruire un monument historique


JPEG - 96.2 ko
Vue panoramique de Lens prise depuis le site Ecopole
Photo : Hemmer (Wikimedia)
Licence de documentation libre GNU
Voir l'image dans sa page

Lorsque l’Etat et le ministère de la Culture se décident, pour une fois exemplaires, à faire respecter la législation des monuments historiques, celle-ci prouve son utilité. Un élu local, Guy Delcourt, le maire de Lens, vient de montrer par l’exemple que la vigilance était plus que jamais nécessaire.

L’histoire est édifiante et a largement été contée, principalement dans la presse régionale1. Dans le cadre d’une proposition de classement au patrimoine de l’UNESCO2 des cités minières du Nord, plusieurs d’entre elles ont bénéficié de protections au titre des monuments historiques, tout à fait justifiées par l’intérêt que ce type d’habitat représente, notamment du point de vue urbanistique. En 2009, neuf bâtiments de Lens liés à la mine ont été inscrits.
Le 1er décembre 2009 le « groupe scolaire Jean Massé, ancienne habitation du directeur des écoles, et ancien patronage de la Cité n° 12 » a ainsi fait l’objet d’une inscription. La protection de l’habitation du directeur des écoles n’a pas eu l’heur de plaire au maire de la ville, Guy Delcourt. Celui-ci vient en effet de commencer à la détruire, osant dénoncer : « le diktat des fonctionnaires de l’Etat qui s’autorisent à décider à la place des élus locaux3 ».

On s’étonne que cette position ne soit pas dénoncée unanimement par la classe politique et par le Parti Socialiste auquel Guy Delcourt appartient. C’est un peu comme si ce dernier déclarait, à propos d’un policier le verbalisant pour conduite dangereuse, que ce fonctionnaire n’a pas à décider à la place d’un élu local comment il doit conduire sa voiture. Il rend en effet l’architecte des bâtiments de France responsable de cette situation, d’ailleurs à tort. L’autorisation de démolir un monument historique (un scénario qui devrait être interdit) doit être donnée expressément par un avis conforme du ministre4. Manifestement, soucieux de démolir l’un des très rares monuments historiques de sa ville5, le maire en profite pour mener une nouvelle attaque contre les ABF. On peine à penser qu’elle ne soit pas concertée, au moins inconsciemment, avec toutes celles qui ont eu lieu récemment dans la réforme des Zones de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager. La dialectique est la même ; certains élus estiment manifestement que ce statut leur donne tous les droits.

Le principal argument de Guy Delcourt est d’une pauvreté affligeante : les constructions concernées n’auraient « aucun caractère exceptionnel6 », sans comprendre que c’est leur ensemble qui fait sens, la manière dont elles sont ordonnancées qui donne tout leur intérêt à ce patrimoine, sans oublier leur forte portée historique et symbolique. Il dénonce également le retard pris pour la création de logements (on ne voit pas pourquoi, puisqu’il lui suffirait de réhabiliter ceux qu’il veut détruire) ou, bien évidemment, l’argument ultime, celui de la sécurité des riverains, que les lecteurs de La Tribune de l’Art connaissent bien puisqu’il est invoqué, la plupart du temps à tort, à chaque fois qu’il est question de détruire un monument.
Fort heureusement, la démolition entamée a été interrompue grâce à une mise en demeure préfectorale et à un procès-verbal dressé par le Conservateur régional des monuments de France pour « démolition sans autorisation ». Si le maire a interrompu le vandalisme en cours (s’estimant « sidéré par la promptitude avec laquelle les services de l’Etat ont réagi » - sic !)7, il ne renonce pas à ses desseins et se barricade dans son attitude de bravache.

Que ce soit le maire de Lens qui tente de passer outre la loi en entamant la démolition de ce bâtiment est édifiant. Cette ville dont le patrimoine est pourtant à peu près inexistant veut donc se débarrasser d’un de ses rares monuments historiques8 qui pourrait, grâce à l’éventuel classement de l’UNESCO, attirer les touristes qui lui manquent tant. Rappelons que c’est dans cet objectif avoué que le Louvre-Lens, un projet que nous combattons depuis le début, a été conçu, récompensant un élu qui montre qu’il est bien peu soucieux de la culture. Nouvelle preuve (par l’absurde) qu’il s’agissait purement d’une décision politique.

English version


Didier Rykner, jeudi 2 septembre 2010


Notes

1Essentiellement dans La Voix du Nord ; les articles sont disponibles sur Internet.

2Un classement quelque peu « politiquement correct », dont on peut discuter l’opportunité tant il existe de monuments et de sites majeurs en France qui ne sont pas « patrimoine mondial », mais il s’agit d’un autre débat.

3« Le Maire de Lens brave les monuments historiques », La Gazette des Communes, 1/9/10 .

4Voir ici, sur le site du ministère.

5La consultation de la base Palissy du Ministère de la Culture est édifiante.

6Article de La Gazette des Communes déjà cité note 3.

7« Verbalisé, le maire de Lens stoppe la démolition de l’édifice classé mais continue l’épreuve de force », La Voix du Nord, 21/8/10.

8Signalons que le maire, qui souhaitait détruire la façade Art Déco du cinéma Apollo, en avait été empêché par l’ABF.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : A quoi sert la législation des monuments historiques (4) : le château d’Hombourg-Budange en Lorraine

Article suivant dans Patrimoine : Le zoo de Vincennes ne doit pas mourir !