Le Louvre achète un tableau de David Wilkie


JPEG - 94.1 ko
David Wilkie (1785-1841)
Le Révérend David Wilkie et son épouse.
Les Parents de l’artiste
, 1807
Huile sur panneau - 31 x 22 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Louvre

4/10/12 - Acquisition - Paris, Musée du Louvre - Depuis le 3 octobre et jusqu’au 5 novembre, dans le cadre du Tableau du mois, le département des peintures du Louvre montre une œuve de David Wilkie qu’il vient d’acquérir (ill. 1). Le musée parisien poursuit donc sans faiblir sa politique d’accroissement des collections de peintures britanniques qui a été ces dernières années marquée par l’achat de tableaux de maîtres jusqu’à présent absents de ses cimaises1. C’était, jusqu’à présent, le cas de David Wilkie, un artiste écossais, membre de la Royal Academy, portraitiste et peintre de genre, qui eut une immense renommée de son vivant. Une interrogation de la base D’Outre-Manche des œuvres britanniques conservées dans les musées français montre que l’artiste est rare dans notre pays puisque seuls deux portraits peints y sont conservés (un Autoportrait à Pau, et un Portrait de Thomas, neuvième comte de Kellie à Lille).

Le tableau acquis par le Louvre représente le portrait des parents de l’artiste. De petite taille, peint sur panneau, il s’agit d’une œuvre à laquelle le peintre attachait une importance particulière et qu’il garda tout au long de sa vie.
Wilkie avait vingt-et-un an lorsqu’il peignit ce double portrait, en 1807. Par son format réduit, son aspect lisse dû en partie au support de bois et à une touche très minutieuse, il évoque la peinture contemporaine française de Marguerite Gérard ou Louis-Léopold Boilly mais surtout celle de leurs inspirateurs communs : les artistes nordiques du Siècle d’or. Guillaume Faroult, qui a rédigé le texte de ce tableau du mois dont nous nous inspirons largement et auquel nous renvoyons le lecteur2, évoque à raison la palette à dominante brune d’Adriaen Van Ostade et signale qu’une source d’inspiration pourrait être une gravure de Jacob de Gheyn représentant un couple âgé en action de grâce.
Une deuxième version de ce tableau fut peint par Wilkie après le décès de son père et se trouve aujourd’hui à la National Gallery of Scotland.

English Version


Didier Rykner, jeudi 4 octobre 2012


P.-S.

Si vous ne l’avez pas encore fait, signez notre pétition pour le maintien du budget de la Culture. Le nombre compte.


Notes

1Si l’on peut dire, puisque pour l’instant, celles-ci se résument à la portion congrue, l’ouverture des nouvelles salles de peinture anglaises se faisant fortement attendre.

2Il est dommage que, sauf erreur, celui-ci ne soit pas disponible sur le site internet du Louvre. Il est distribué gratuitement à la banque d’accueil sous la pyramide. On peut également lire l’article de Arthur S. Marks, « David Wilkie’s Portraits of his Parents », The Burlington Magazine, vol. 116, n° 853, avril 1974.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un Saint-Roch de Guy François acquis par le LACMA

Article suivant dans Brèves : Réouverture, acquisitions, nomination : actualité du Musée d’Art et d’Archéologie de Senlis