Le directeur de la National Gallery de Londres dénonce les moyens insuffisants qui lui sont alloués Contenu abonnés


2/10/03 - Politique culturelle - Londres, National Gallery - Charles Saumarez Smith, directeur de la National Gallery et Peter Scott, son président, viennent de dénoncer publiquement les crédits insuffisants qui leur sont alloués par le gouvernement anglais. Selon eux, la dotation de 1995 (18,2 millions de livres) correspondrait aujourd’hui, à livre constante, à 22,9 millions alors qu’elle n’est plus que de 20,4 millions. D’après Peter Scott : « Le gouvernement ne nous donne même pas le budget de fonctionnement nécessaire à ce musée. Ce qu’il faut pour juste ouvrir au public, allumer les lumières et regarder les œuvres. » S’en prenant également à la faiblesse des crédits d’acquisition, il affirme, à propos de la Vierge aux œillets de Raphaël, que la National Gallery essaie d’acheter :…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Acquisition d’un album de dessins de Jean-Victor Schnetz par le Musée du château de Flers

Article suivant dans Brèves : Le musée d’Orsay préempte une terre cuite de Jules Desbois