Le degré zéro du débat Contenu abonnés


JPEG - 143.9 ko
Installation d’une œuvre de Kapoor dans le
parc du château de Versailles
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page

À chaque fois, cela recommence. Un artiste contemporain s’installe dans un lieu historique, de préférence classé, et la critique devient impossible, coincée entre les hurlements de ceux pour qui tout ce qui est art contemporain est forcément nul et ceux pour lesquels tout ce qui est art contemporain est forcément génial…
Les premiers sont en partie – mais en partie seulement – des extrémistes de droite. Pour les seconds, tous ceux qui s’opposent à une exposition d’art contemporain sont des extrêmistes de droite. Bref, le débat, normal en démocratie, est impossible.

Prenons l’exemple de Kapoor à Versailles. La Tribune de l’Art n’a jamais été très enthousiaste à l’idée de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Devant l’inacceptable, les conservateurs du Louvre sortent de leurs réserves

Article suivant dans Éditorial : Du bon usage des droits de réponse

Publicité Amis du Louvre 2017