Le coeur d’Anne de Bretagne exposé à Blois


JPEG - 133.5 ko
1. Écrin du coeur d’anne de Bretagne
Or repoussé, guilloché, émaillé,
filigranes et fils tressé
écrin : 15,42 x 13,27 x 6,4 cm
couronne : 3,53 x 10,84 x 5,5 cm
Nantes ; Musée Dobrée
Photo : Musée Dobrée

25/3/14 - Exposition - Blois, château - « En ce petit vaisseau de fin or, pur et monde1 / Repose un plus grand cœur que oncques dame eut au monde ; / Anne fut le nom d’elle, en France deux fois reine, / Duchesse des Bretons, royale et souveraine. ». Ces vers gravés dans le coeur d’Anne de Bretagne, ou plus précisément inscrits sur l’écrin qui le renfermait (ill. 1) et qui est présenté jusqu’au 6 avril au château de Blois où elle vécut une quinzaine d’années et mourut il y a de cela 500 ans, le 9 janvier 1514. 2014 sera donc une année consacrée à la souveraine, les différents événements organisés à cette occasion sont recensés sur un site internet. L’exposition rejoindra ensuite le château des ducs de Bretagne du 8 avril au 18 mai 2014.
En tant que reine de France, Anne de Bretagne fut enterrée à Saint-Denis ; son corps du moins, tandis que son coeur repose, selon sa volonté, auprès de ses sujets bretons, en l’église des Carmes de Nantes où se trouve le tombeau de ses parents. À sa mort, on fit donc faire cet écrin, constitué de deux coques en tôle d’or presque pur, repoussé et guilloché. Chaque face est dotée d’une inscription en relief, émaillée de vert. On a cité la première, la seconde n’est pas moins élogieuse et annonce déjà le genre du « tombeau poétique » (ou recueil de poèmes en l’honneur d’un défunt) qui se développera à la Renaissance : « Ce cœur fut si très haut que de la terre aux cieux / Sa vertu libérale accroissait mieux et mieux ; / Mais Dieu en a repris sa portion meilleure, / Et cette part terrestre en grand deuil nous demeure ». À l’intérieur, d’autres vers sont peints à l’or sur une couche d’émail blanc2.
L’écrin est surmonté d’une couronne dont les fleurons font alterner neuf lys avec neuf trèfles, délicatement ornés de filigranes et de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux pastels de Vigée Le Brun préemptés par le Louvre

Article suivant dans Brèves : Un Hammershøi pour le musée Boijmans van Beuningen