Le Cercle de l’art moderne collectionneurs d’avant-garde au Havre Contenu abonnés


Paris, Musée du Luxembourg, du 19 Septembre 2012 au 6 Janvier 2013.

JPEG - 340.7 ko
1. Claude Monet
Le Bassin du Commerce, 1874
Huile sur toile - 37 x 45 cm
Liège, Musée d’Art moderne et d’Art contemporain
Photo : Musée de Liège

Le Havre, « port de mer et qui entend le rester », pourrait dire le général de Gaulle, fut au tournant du XXe siècle un « temple du commerce et de l’argent »1, bâti notamment grâce aux importations de café, de coton, d’épices et de bois. La bourgeoisie locale s’enrichit, les négociants venus de toute l’Europe prospérèrent et tout ce petit monde acheta des œuvres d’art, encourageant la création contemporaine avec enthousiasme. « Pas de coton, pas de tableaux », résume assez bien Eugène Boudin. Le Musée du Luxembourg consacre une exposition à ces années d’effervescence havraise, présentant à la fois les peintres qui participèrent aux expositions de la ville – impressionnistes, fauves, nabis - et les hommes d’affaires qui collectionnèrent leurs peintures souvent achetées sur le marché de l’art parisien, dans des ventes ou auprès de marchands tels que Bernheim, Durand-Ruel, Berthe Weill. En partie thématique – le paysage, la Seine, la plage, les portraits, le nu – le parcours tente de montrer à la fois le goût commun de ces amateurs particulièrement sensibles à la peinture d’Eugène Boudin et de Camille Pissarro, de Marquet également, mais aussi la personnalité de chaque collection à travers un florilège de tableaux.
Le catalogue propose un portrait de chacun d’eux, leur inclinations et l’évolution de leurs acquisitions, ainsi que leurs relations avec les artistes. Il reproduit malheureusement des œuvres sans notice.

JPEG - 39.5 ko
2. Pierre-Auguste Renoir (1841-1919)
Portrait de Nini Lopez, 1876
Le Havre, Musée d’Art moderne André Malraux
Photo : MuMa/

La visite commence par une présentation de la ville qui connaît un âge d’or entre 1850 et 1914, représentée par son peintre de proue, Eugène Boudin, et bien sûr par Monet qui donna son impression du paysage havrais, le Vieux port ou le Bassin du Commerce (ill. 1). Ces toiles…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : L’impressionnisme et la mode

Article suivant dans Expositions : Camille Corot, la nature et le rêve