Le Buisson Ardent de Nicolas Froment restauré Contenu abonnés


JPEG - 152.5 ko
Nicolas Froment (connu en 1461-1483/84)
Triptyque du Buisson Ardent, après restauration
Détrempe sur toile marouflée sur panneau - 410 x 305 cm
Aix-en-Provence, Cathédrale Saint-Sauveur
Photo : JB
Voir l'image dans sa page

4/8/10 – Restauration – Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur – Le célèbre triptyque du Buisson Ardent (ill.) de Nicolas Froment, peint en 1475-1476 pour la chapelle funéraire du Roi René dans l’église des Grands-Carmes d’Aix-en-Provence, est conservé depuis le début du XIXe siècle dans la cathédrale Saint-Sauveur. Depuis plusieurs années1, il n’était plus visible car il faisait l’objet d’une restauration approfondie. Celle-ci, menée in situ dans une chapelle de l’édifice fermée au public, a coûté au total 150 000 €2.

L’œuvre est peinte sur une toile…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Les Chardin commandés pour Bellevue entrent au Louvre

Article suivant dans Brèves : Un tableau de Bénigne Gagneraux acheté par le Musée de la Révolution Française