Le Baroque à Florence Contenu abonnés


Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, du 27 janvier au 17 avril 2015

JPEG - 728 ko
1. Stefano della Bella (1610-1664)
Coiffure de théâtre
Graphite, plume et encre brune, lavis
d’encre de Chine - 30,3 x 21 cm
Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts
Photo : Jean-Michel Lapelerie

Conversion, intercession, incrédulité, les saints et leurs (pré)occupations alternent avec des figures de femmes nues ou déguisées en guerrières et des personnages burlesques... L’École des Beaux-Arts de Paris continue de mettre en valeur son fonds de dessins : Après « Florence au temps de Michel Ange » (voir la brève du 23/02/09) et « Les Paysages à Rome entre 1600 et 1650 », c’est la Florence du XVIIe siècle qui fait l’objet d’une exposition organisée dans le cabinet Jean Bonna (Jean Bonna qui présente quant à lui un florilège de sa collection de dessins actuellement à la Fondation de l’Hermitage à Lausanne1.).
Trente feuilles sont ainsi réunies, certaines sont inédites, d’autres réattribuées grâce à un travail de recherches développé dans le catalogue : chaque œuvre est reproduite et dotée d’une notice détaillée qui signale les changements d’attribution, résume aussi la biographie de l’artiste et analyse rapidement son corpus graphique. L’ouvrage est en outre introduit par deux textes, l’un2 sur le contexte politique et le rôle des derniers membres de la famille Médicis en tant que commanditaires, de Cosimo II (1609-1621) à Gian Gastone (1723-1737), l’autre3, sur la pratique du dessin à Florence, les techniques, les références culturelles des artistes et l’importance de l’Accademia del disegno.
La variété des œuvres déployées est séduisante : tracées à la plume, à l’encre, la pierre noire ou la sanguine, des compositions abouties ou seulement esquissées puisent leur sujet dans l’histoire religieuse, mythologique et même romanesque. On peut aussi admirer des projets de décors éphémères, quelques scènes de genre, et puis des paysages qui, contrairement à une l’idée reçue, occupent une place notable dans la production florentine du XVIIe siècle, surtout…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Viollet-le-Duc. Les visions d’un architecte

Article suivant dans Expositions : Les Bas-fonds du Baroque. La Rome du vice et de la misère