Le Baldassare Castiglione de Raphaël et Et in Arcadia Ego de Poussin prêtés un an à Atlanta


JPEG - 50.9 ko
Raphaël
Portrait de Baldassare Castiglione
(avant la restauration des années 1980)
Huile sur toile - 82 x 67 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : D.R.

20/1/06 - Mondialisation - Louvre/Atlanta, High Museum of Art - Nous avons largement dénoncé ici l’opération du Louvre à Atlanta. C’est même La Tribune de l’Art qui avait révélé pour la première fois cette affaire (voir l’article du 18/10/04)
Ces derniers temps, il semblait que l’on s’orientait vers une opération moins scandaleuse qu’on ne pouvait le craindre de l’article de The Atlanta Journal Constitution. Il n’était, apparemment, plus question que de transfert d’œuvres secondaires. C’était, hélas, une erreur, et c’est une fois de plus The Atlanta Journal Constitution (daté du 19/1/06) qui nous l’apprend.
Qu’on en juge : deux des tableaux prêtés par le Louvre pendant un an contre paiement, du 14 octobre 2006 au 2 septembre 2007 (parmi les 143 dessins, peintures, sculptures et objets d’art1), ne seront pas moins que les chefs-d’œuvre de Raphaël, Baldassare Castiglione, et de Poussin, Et in Arcadia ego2. Que rajouter à cela ? Lors du cinquième centenaire de la naissance de Raphaël en 1983, chaque ville avait organisé son exposition car il n’était pas question alors de déplacer ses tableaux. Trop importants, trop fragiles... La National Gallery en 2004 avait été la première à réussir à faire venir ses œuvres de différents musées internationaux. Encore était-ce pour une exposition monographique de haute tenue scientifique. Et le Baldassare Castiglione n’avait pas fait le voyage. Entré dans les collections de Louis XIV en 1661, il n’avait d’ailleurs jamais été prêté hors de Paris3. Il s’agit d’un des tableaux les plus célèbres du Louvre, non moins beau, ni moins important, que La Joconde. Les visiteurs du Louvre devront, pendant un an, aller le voir à Atlanta, Georgie.

JPEG - 44.2 ko
Bartolommeo Esteban Murillo
Le Jeune Mendiant
Huile sur toile - 134 x 110 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : D.R.

_ Nous nous rejouissions, dans la brève précédente, de l’acquisition du Portrait de Ferdinand d’Orléans d’Ingres. Mais quelle curieuse ironie de la part du Louvre de communiquer sur l’entrée d’un chef-d’œuvre, et de priver presque simultanément le public d’un tableau encore plus exceptionnel, par un peintre qui fut son modèle.

Voir un complément à cet article paru le 30 janvier 2006.


Didier Rykner, vendredi 20 janvier 2006


P.-S.

Nous avons reçu du service de presse du High Museum of Art d’Atlanta, après la mise en ligne de cette brève, la liste complète des œuvres « prêtées ». Un des tableaux les plus célèbres de la peinture espagnole, Le Jeune Mendiant de Murillo (ill. 2) va quitter le Louvre pendant un an, ainsi qu’un chef-d’œuvre tardif de Rembrandt, Saint Matthieu et l’Ange, un des plus beaux Fragonard Les baigneuses, la Marquise de Pompadour de François Boucher, et bien d’autres... C’est une partie importante du Louvre qu’on loue pour 10 millions de dollars (un prix finalement bien faible).


Notes

1Nous ne connaissons pas les autres œuvres prêtées. The Atlanta Journal Constitution parle également de : « Rembrandt, Rubens et Dürer  »... Nous avons interrogé aujourd’hui à ce sujet la communication du Louvre, qui nous a répondu très aimablement, mais qui ne connaissait pas la liste. La responsable de ce service, susceptible de nous éclairer, est actuellement aux Etats-Unis. L’article cite par ailleurs Olivier Meslay, conservateur au Louvre, qui est en charge du projet d’Atlanta, et qui donnait mercredi une conférence de presse à Manhattan.

2Ce tableau avait déjà été déposé récemment à Lyon pendant plus d’un an.

3Il avait été prêté à la désastreuse exposition Raphaël du Musée du Luxembourg en 2001-2002, contre l’avis du Département des peintures, et sur intervention des plus hautes autorités politiques.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le Portrait de Ferdinand d’Orléans par Ingres entre au Louvre

Article suivant dans Brèves : Une paire de pendants inédits de Chardin acquis par le Toledo Museum of Art