Lancement des journées du patrimoine dans un contexte préoccupant Contenu abonnés


Le ministre de la Culture, Christine Albanel, présentait aujourd’hui devant la presse les prochaines Journées du Patrimoine. La conférence fut brève, les arbitrages budgétaires n’étant pas encore décidés par le Président et le Premier Ministre. Les sujets qui intéressaient tout le monde, c’est-à-dire le budget consacré au patrimoine et les menaces pesant sur les déductions fiscales pour les monuments historiques et les secteurs sauvegardés, n’ont pu être abordés qu’à la marge.
La vraie conférence de presse se déroulait en réalité juste avant, organisée par l’association Demeure Historique et le GMH (Groupement français des entreprises de restauration de monuments historiques). Sous le titre quelque peu provocateur de Journées européennes bientôt sans patrimoine ?, ceux-ci présentaient un état des lieux qui ne s’améliore toujours pas par rapport aux années précédentes. Les budgets insuffisants, combinés aux retards de paiement cumulés, rendent la situation toujours plus problématique. Trois chiffres sont à retenir1 : 600, 400 et 300. 600 millions d’euros : c’est le montant de l’endettement des DRAC (Directions Générales des Affaires Culturelles) qui représente deux années complètes de crédits engagés. Il s’agit d’un retard qui doit absolument être résorbé, faute de quoi les opérations à venir sont menacées. Ainsi, au moins deux DRAC (Bourgogne et Rhône-Alpes) ont déjà décidé de ne plus engager de nouveaux chantiers de restauration, ce qui aura des conséquences absolument dramatiques. La question a été posée à Christine Albanel qui a préféré botter en touche, renvoyant au budget à venir. Or, les problèmes sont bien présents aujourd’hui et si le ministre a évoqué - à partir de 2010 seulement - l’affectation d’une source de revenu extra-budgétaire permanente, rien n’a été dit des ressources exceptionnelles destinées à combler ce retard, demandées par les associations.

400 millions d’euros par an, c’est ce qu’il faudrait, selon un avis généralement partagé par tous,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : La restauration du Collège des Bernardins à Paris

Article suivant dans Patrimoine : Restaurations et moulages : du Flegmatique aux Bains d’Apollon