Lancement de la restauration du pavillon de l’Étang à Fontainebleau


JPEG - 484.8 ko
1. Pavillon de l’Étang vu de la cour de la Fontaine
Photo : Didier Rykner

15/7/16 - Restauration - Fontainebleau, Château - Si le pavillon de l’Étang peut être admiré de loin par tous les visiteurs du château de Fontainebleau, se rendre sur place est moins facile puisqu’il faut y aller en barque. Comme son nom l’indique, cette petite folie du XVIIe siècle construite par Louis Le Vau est en effet placé sur une île, au milieu de l’Étang aux Carpes, face à la cour de la Fontaine. Après une période d’abandon au XVIIIe siècle, le pavillon s’est vu enrichi sous l’Empire d’un décor intérieur peint par Simon-Frédéric Moench.
Loin des yeux, loin du cœur… Faute d’entretien et d’attention, ces ravissantes et délicates peintures figurant des oiseaux et des végétaux (ill 2 à 4) se dégradaient rapidement en raison de l’humidité inhérente au lieu. La situation devenait dramatique et l’on pouvait craindre à terme une disparition complète de cet ensemble. Certaines des peintures ont subi des pertes importantes de matière (ill. 3) ou un chancis profond (et donc non réversible car il touche la couche picturale) est présent sur certaines parties (ill. 4). Globalement cependant, l’ensemble peut être restauré de manière à rendre la lisibilité du décor tout en retrouvant une unité d’ensemble. Il est heureux que l’actuelle direction ait pris conscience de l’importance de ce lieu et ait lancé cette opération de restauration qui se déroulera en deux étapes


JPEG - 639.5 ko
2. Simon-Frédéric Moench (1746-1837)
Décor du pavillon de l’Étang (état juin 2016)
Photo : Didier Rykner
JPEG - 477 ko
3. Simon-Frédéric Moench (1746-1837)
Décor du pavillon de l’Étang (état juin 2016)
Photo : Didier Rykner

D’abord, un travail de sauvegarde et de conservation d’urgence1, qui a consisté à consolider la couche picturale des boiseries et à leur dépose dans un local du château afin de procéder à leur complète restauration ; la peinture du plafond a par ailleurs également été refixée (ill. 6). Cette première opération était en cours d’achèvement lorsque nous avons pu visiter le pavillon le mois dernier. Elle a pu être financée grâce à deux mécènes privés : la French Heritage Society, à hauteur de 50 000 € et, via la Fondation du Patrimoine, la société d’assurance CGPA pour le même montant.


JPEG - 159.5 ko
4. Simon-Frédéric Moench (1746-1837)
Décor du pavillon de l’Étang (état juin 2016)
Photo : Didier Rykner
JPEG - 191.9 ko
5. Simon-Frédéric Moench (1746-1837)
Décor du pavillon de l’Étang (état juin 2016)
Photo : Didier Rykner

JPEG - 358.4 ko
Simon-Frédéric Moench (1746-1837)
Plafond du pavillon de l’Étang (état juin 2016)
Photo : Didier Rykner

La seconde étape consistera à restaurer effectivement ces boiseries mais aussi le bâtiment lui même. Le sol en marbre s’est en effet en partie affaissé, les fenêtres ne sont plus réellement étanches et le toit, s’il ne fuit plus grâce à un colmatage réalisé en 2011-2012, devra être entièrement repris. Les peintures du plafond, enfin, seront elles aussi entièrement restaurées. Le montant total de cette seconde phase est de 800 000 € mais n’est pas, pour l’instant, financée. Du mécénat sera sollicité et un appel à souscription sera peut-être mise en œuvre. Lançons une idée folle : que la ministre de la Culture, émue par cette opération qui concerne tout de même la survie d’un monument dont elle a la charge, apporte elle aussi un financement conséquent. On peut toujours rêver…


Didier Rykner, vendredi 15 juillet 2016


Notes

1Les travaux sont menés sous la direction de l’architecte en chef des monuments historiques Patrick Ponsot et du conservateur en chef du patrimoine, Vincent Cochet. La dépose des boiseries est faite par l’Atelier Jean-Marc Darde et la restauration du décor peint par le groupement Feher.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : De Dampierre à Orsay, le triste destin de Pénélope endormie, de Jules Cavelier

Article suivant dans Brèves : Nouveaux tableaux italiens et espagnol acquis par le Metropolitan Museum