Chronique Semaine de l’Art n° 14 : La tour Eiffel, le leitmotiv des vandales Contenu abonnés


Ce texte est la transcription de la chronique de l’émission La Semaine de l’Art n° 14 du 18 avril 2014.

JPEG - 140.7 ko
Émile Maigrot et Eugène Freyssinet
Halles du Boulingrin
Sauvé in extremis de la démolition
Reims
Photo : Didier Rykner

Combien de fois, lorsqu’une polémique éclate entre les associations patrimoniales et ceux qui veulent défendre une nouvelle construction édifiée dans un cadre historique, n’entend-on pas ces derniers déclarer que leurs opposants sont les mêmes que ceux qui contestaient la tour Eiffel ? Cet argument récurrent, sorte de tarte à la crème du vandalisme, est évidemment totalement ridicule. D’abord parce que ceux qui l’utilisent partent d’un procès d’intention, ensuite parce qu’ils comparent des choses souvent incomparables, enfin parce qu’ils prétendent clore la discussion en disqualifiant sans autre forme de procès leurs adversaires, les rejetant péremptoirement dans le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Chroniques : Chronique Semaine de l’Art n° 13 : Chronique du vandalisme ordinaire (et officiel)

Article suivant dans Chroniques : Chronique Semaine de l’Art n° 15 : Les musées vertueux