Contenu abonnés

La sacristie de l’église Saint-Nicolas de Maisons-Laffitte

Les églises françaises constituent, comme le rappelle la Sauvegarde de l’Art français, le « plus grand musée de France ». Non loin de Paris, facilement accessible grâce au RER A, on peut découvrir l’église de Maisons-Laffitte qui ne dément pas ce constat. L’église elle-même est assez nue, en dépit de la présence de deux sculptures du XVIIe siècle ; elle a conservé sa chaire, mais le banc d’œuvre, la clôture de chœur (appelée aussi table de communion), le maître-autel et les lustres ont disparu lors des épisodes de vandalisme des années post-Vatican II (ill. 1 et 2). Mais la sacristie vaut, à elle seule, le détour. Celle-ci est en temps normal fermée, et il faut donc s’y rendre après l’office, en demandant l’autorisation au prêtre ou aux personnes travaillant au presbytère [1].


1. Intérieur de l’église Saint-Nicolas de Maisons-Laffittes avant les destructions des années 1960-70
Carte postale ancienne
Voir l´image dans sa page
2. Intérieur de l’église Saint-Nicolas de Maisons-Laffitte, de nos jours
Photo : GFreihalter (CC BY-SA 3.0)
Voir l´image dans sa page

Le terme de « musée » ici n’est pas usurpé. Qu’on en juge aux peintures qu’elle conserve - toutes sont d’ailleurs classées monuments historiques et à ce titre signalées dans la base Palissy du ministère de la Culture.


3. Les trois cartons d’Hippolyte Flandrin accrochés dans la sacristie
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

- Trois grands tableaux (ill. 3) sont des œuvres d’Hippolyte Flandrin, des cartons qui semblent à grandeur d’exécution pour trois des cinq vitraux de la partie haute du chœur de Saint-Germain-des-Prés (ill. 4 à 9).


4. Hippolyte Flandrin (1809-1864)
Saint Denis
Huile sur toile (?)
Maisons-Laffitte, église Saint-Nicolas
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
5. Henri Gérente (1814-1849),
d’après Hippolyte Flandrin (1809-1864)
Saint Denis
Vitrail
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Signées et datées de 1842, ces œuvres sont certes répertoriées, mais largement ignorées. Difficiles à voir, elles n’ont jamais été exposées ailleurs à notre connaissance. Il est à ce titre regrettable que le Musée des Beaux-Arts de Lyon ne les ait pas empruntées pour la rétrospective récente qu’il a consacrée aux frères Flandrin (voir l’article), alors que l’exposition insistait sur le décor de Saint-Germain-des-Prés récemment restauré.


6. Hippolyte Flandrin (1809-1864)
Jésus-Christ
Huile sur toile (?)
Maisons-Laffitte, église Saint-Nicolas
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
7. Henri Gérente (1814-1849),
d’après Hippolyte Flandrin (1809-1864)
Jésus-Christ
Vitrail
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Ces peintures - dont la technique est difficile à identifier sans pouvoir les examiner de près, et peu claire dans la base…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.