La restauration du Retable des Dominicains à Colmar Contenu abonnés


JPEG - 344.8 ko
1. Panneaux en cours de restauration
dans l’église des Dominicains
Photo : Hugo Maertens

29/10/14 - Restauration - Colmar, Musée Unterlinden - Entreprise en 20061, la restauration du Retable des Dominicains de Martin Schongauer, conservé par le musée Unterlinden, a pris fin au début du mois d’octobre. Elle s’inscrit dans la grande campagne de restauration menée par le musée de Colmar sur ses collections, parallèlement aux travaux de rénovation et d’agrandissement de ses locaux. Les opérations se sont déroulées, pour les dernières phases, dans l’église des Dominicains où l’œuvre a été transférée en 2013 le temps des travaux, tout comme le Retable d’Orlier, du même auteur, le Retable d’Issenheim, le Retable de sainte Catherine et de saint Laurent et des sculptures de la fin du Moyen Age. Le Retable des Dominicains retrouve ainsi temporairement sa destination d’origine puisqu’il ornait jusqu’à la Révolution le maître-autel de l’église. Les œuvres peintes les plus importantes de Martin Schongauer, dont il ne subsiste que peu de réalisations2, sont donc pour un temps réunies en un même lieu puisqu’elles rejoignent la Vierge au buisson de roses, conservée dans l’église. Les œuvres réintègreront le musée l’année prochaine, les travaux devant s’achever en juillet pour une réouverture prévue à l’automne 2015.

Le budget total de la restauration du Retable des Dominicains est de 217 000 euros dont 80 000 euros ont été financés par la Fondation BNP Paribas. Les deux restauratrices en charge du projet, agréées par la Direction des Patrimoines, Carole Juillet et Florence Meyerfeld, s’étaient déjà vu confier la restauration controversée (voir [nos articles]) - et rapidement interrompue - du Retable d’Issenheim il y a trois ans au côté d’un comité scientifique constitué pour l’occasion3. Si les acteurs sont quasiment les mêmes pour le Retable des Dominicains – la composition du comité scientifique est un peu modifiée4 –, la procédure appliquée diffère. L’étalement des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux salles du Louvre de peintures françaises sous Louis XIV ont rouvert

Article suivant dans Brèves : Un tableau de Constable pour l’Ashmolean