La rénovation de la Tate Britain Contenu abonnés


La Tate Britain, qui n’avait jamais totalement fermé ses portes, a rouvert entièrement il y a quelques mois après de longs travaux qui lui ont redonné une nouvelle jeunesse.
Nulle révolution dans cette rénovation dont on aimerait qu’elle inspire davantage de musées. Il s’agissait ici de respecter le bâtiment tout en lui apportant les améliorations nécessaires à son bon fonctionnement. Les auteurs de cette rénovation sont les architectes Peter St John et Adam Caruso. Leur volonté de ne pas tout bouleverser est particulièrement visible dans la rotonde centrale où un nouvel escalier (ill. 1 et 2), très beau, a été créé, dont on pourrait croire qu’il a toujours été présent tant il respecte l’architecture environnante. On aurait pu regretter qu’il ait nécessité de casser le sol, mais ce n’était déjà plus celui d’origine.


JPEG - 143.8 ko
1. Peter St John et Adam Carus
Escalier de la rotonde de la Tate Britain
Photo : Didier Rykner
JPEG - 34.4 ko
2. Peter St John et Adam Carus
Escalier de la rotonde de la Tate Britain
Photo : Didier Rykner

Les salles ont conservé leurs beaux volumes (ill. 3). On constate ici une nouvelle fois qu’on n’a encore rien inventé de mieux, pour exposer des tableaux, que des pièces classiques, formées de quatre murs et de cimaises avec lambris. L’accrochage est assez serré même si sur certains murs on aurait pu espérer encore davantage de tableaux présentés. Des sculptures sont également réparties tout au long du parcours (ill. 4 et 5). Le nombre d’œuvres conservées par la Tate Britain est très important et on regrette toujours celles que l’on ne voit pas.


JPEG - 174.6 ko
3. Salle de la Tate Britain rénovée
Photo : Didier Rykner
JPEG - 154.9 ko
4. Salle de la Tate Britain rénovée
Photo : Didier Rykner

JPEG - 33.7 ko
5. Richard Westmacott (1863-1920)
Jupiter et Ganymède, 1898
Marbre - 68,5 x 51,5 x 19 cm
Londres, Royal Academy of Art
Photo : Didier Rykner

Il est difficile d’être original pour parler des collections. Nulle part dans le monde on ne peut mieux découvrir l’histoire de la peinture anglaise qu’à…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : La réouverture du Musée de Valence

Article suivant dans Musées : Louvre Abou-Dhabi : quelques réflexions sur l’exposition...