La Pietà de Cadillac, par Brébiette plutôt que Vignon


19/3/13 - Attribution - Centre des Monuments Nationaux, château de Cadillac - Les questions d’attribution sont parfois complexes et nécessitent de rester prudent. Ainsi celle du tableau d’Austin, que Pierre Rosenberg (qui ne le connaissait cependant qu’avant restauration) pense pouvoir donner à Jacques Blanchard, un nom qui nous était également venu spontanément, ne fait pas l’unanimité chez les quelques spécialistes du XVIIe siècle français qui se sont depuis manifestés. Ni Guillaume Kazerouni, ni Moana Weil-Curiel, ni Sylvain Kerspern ne se montrent convaincus, mais il n’est pas indifférent de voir que s’ils le situent plutôt dans l’entourage de Vouet (comme le fait actuellement le musée) tous le rapprochent d’un artiste différent.


JPEG - 77.2 ko
1. Pierre Brébiette (vers 1598-1650)
et non Claude Vignon
Pietà, vers 1635
Huile sur cuivre - 38 x 30 cm
Cadillac, château
Photo : Centre des Monuments Nationaux
JPEG - 203.9 ko
2. Pierre Brébiette (vers 1598-1650)
Pietà
Eau-forte - 10,4 x 15,3 cm
Nancy, Musée des Beaux-Arts
Photo : Nancy, Musée des Beaux-Arts

Sylvain Kerspern, par ailleurs, réattribue sur son site D’Histoire et d’Art une autre œuvre dont nous avions annoncé récemment l’acquisition par le Centre des Monuments Nationaux et qui était donnée jusqu’ici à Claude Vignon (ill. 1). L’œuvre, vendue par la galerie Mendes, était présentée sous cette attribution parfaitement plausible, mais Sylvain Kerspern n’y reconnaissait pas entièrement le style de ce peintre. Après de plus amples recherches, il a retrouvé une estampe dont un exemplaire se trouve dans la collection Thuillier au Musée des Beaux-Arts de Nancy reprenant le groupe central avec de nombreuses variantes, et signée clairement de Pierre Brébiette (ill. 2).
Nous renvoyons donc à son article qui permet de redécouvrir un tableau de ce peintre dont l’œuvre se reconstitue peu à peu, et qui fait partie, avec Vignon, mais aussi aux côtés d’artistes tels que Jean de Saint-Igny ou Juste d’Egmont d’un courant de la peinture française de la première moitié du XVIIe siècle dont le style a été qualifié de « précieux ».

English Version


Didier Rykner, mardi 19 mars 2013





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un Eugène Isabey exceptionnel acquis par Montréal à la TEFAF

Article suivant dans Brèves : Les Félicie de Fauveau acquis par l’Historial de Vendée