La peinture allégorique du Grand Siècle Contenu abonnés


Auteur : Virginie Bar

jpg-couverture_peinture_allegorique_au_grand_siecle-jpgL’expertise de Virginie Bar en matière d’allégorie n’est plus à démontrer. Son Dictionnaire iconologique, co-signé par Dominique Brême et paru aux éditions Faton en 1999, en fait foi qui répertorie les attributs et symboles en usage dans la peinture française des XVIIe et XVIIIe siècles. Le présent ouvrage, sur les mêmes presses et avec le même soin, va plus loin dans l’exploration de ce langage particulier en étudiant son emprise réelle sur la pratique des artistes. Genre majeur au regard de la hiérarchie académique, dans la mesure où elle joint à l’idéal des formes l’intelligence du signe, l’allégorie met en œuvre de façon extrême l’équivalence entre poésie et peinture, verbe et image, que la théorie picturale prescrivait à nouveau depuis la Renaissance. Mais cette parfaite adéquation du visible au lisible est aussi un danger, les hommes du temps l’ont suffisamment dit. L’allégorie ne peut être entendue du commun des mortels et sa prolifération refroidit l’effet de l’image sur l’âme du spectateur. Tels sont grosso modo les reproches qui s’expriment de Ménestrier et Roger de Piles à l’abbé Du Bos. Elle est ennuyeuse « à bailler » dit le grand Perrault au plus fort de la lutte entre les modernes et les anciens. C’est bien là le dilemme de l’allégorie, voire de la peinture académique : trop de code tue le code. Mal employé, le discours symbolique confirme moins la libéralité des arts qu’il n’accuse la servitude scolaire de ses supposés créateurs.

Ce bon dosage, cet équilibre entre le respect de la loi commune et sa réinvention est donc l’enjeu décisif, comme le beau livre de Virginie Bar le montre de façon aussi claire qu’il était possible de le faire. Outre sa science impeccable des symboles qui émaille cette peinture, l’auteur possède, vertu plus rare encore, l’obstination des sceptiques et la méfiance des incrédules. Il n’est pas d’autorité, Félibien compris, dont elle ne discute et réexamine les écrits et les dires. À reconstituer patiemment la culture…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Paul Gauguin. Le sauvage imaginaire

Article suivant dans Publications : La collection de peintures de l’impératrice Joséphine