La National Gallery de Washington acquiert un tableau de Netscher


JPEG - 64.4 ko
Caspar Netscher (1639-1684)
Femme nourrissant un perroquet, 1666
Huile sur panneau - 46 x 37 cm
Washington, National Gallery of Art
Photo : Christie’s

11/10/16 - Acquisition - Washington, National Gallery -Une jeune femme élégante regarde le spectateur. Elle tient un perroquet auquel elle tend une graine piochée dans une coupe en argent tenue par un jeune page au second plan.
La National Gallery de Washington a récemment acheté1 auprès de la galerie londonienne Richard Green une peinture de Caspar Netscher réalisée en 1666. Elle est actuellement présentée au côté d’un dessin de l’artiste qui reprend la même composition - étude préparatoire ou ricordo ? -, prêté par le British Museum pour l’exposition « Dessins pour peintures à l’époque de Rembrandt » inaugurée la semaine dernière2.

Le tableau appartenait à une collection belge dans les années 1930 et fut déposé au début de la guerre aux Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles pour sa préservation. Sous l’occupation allemande l’œuvre passa dans la collection d’Hermann Goering. En 1952, elle se retrouva au Von der Heydt Museum à Wuppertal, en Allemagne, où elle resta jusqu’à ce qu’elle fût rendue aux héritiers du propriétaire belge en 2014. Elle a été mise en vente chez Christie’s le 4 juin 2014 à New York et adjugée plus de 5,1 millions de dollars.

Les personnages se tiennent derrière une fenêtre cintrée en pierre qui encadre toute la composition, introduisant un effet de trompe-l’œil. Le peintre décrit ici un univers raffiné, le perroquet est une animal exotique et coûteux, les tissus précieux - la soie et les dentelles de la robe, le lourd rideau sur la fenêtre qui contraste avec l’éclat métallique de la cage - sont soigneusement rendus. Néanmoins, le regard de la femme et le motif de l’oiseau sorti de sa cage donnent une connotation érotique à la scène.

Peintre hollandais d’origine allemande, Netscher est probablement né à Heidelberg en 1639. Il se forma d’abord à Arnhem auprès d’Hendrik Coster avant d’aller en 1654 à Deventer, où il entra dans l’atelier de Gerard ter Borch. En route pour l’Italie, il s’arrêta finalement à Bordeaux, puis se rendit à La Haye. avant de se spécialiser dans le portrait, il peignit des scènes de genre, montrant d’abord des personnages modestes, puis une société élégante et galante. Il se laissa influencer par les artistes de l’école de Leyde, les« fijnschilders » ou « peintres précieux », en particulier Frans van Mieris et Gerard Dou chez qui on retrouve cette disposition des figures derrière une fenêtre cintrée en pierre.
Le thème de le femme au perroquet était assez courant dans la peinture hollandaise du XVIIe siècle ; on le retrouve dans les œuvres de Van Mieris, Gerard Dou ou encore Gabriel Metsu. Netscher lui même l’a traité plusieurs fois, notamment dans une peinture représentant une femme accompagnée d’un homme qui lui, nourrit un singe.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 11 octobre 2016


Notes

1L’achat s’est fait grâce au Lee and Juliet Folger Fund.

2« Drawings for Paintings in the Age of Rembrandt » du 4 octobre 2016 au 2 janvier 2017.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Du mobilier Empire pour la Propriété Caillebotte

Article suivant dans Brèves : Récentes acquisitions du XIXe siècle au Musée Fabre