La National Gallery de Washington achète une peinture de Jacob Ochtervelt


JPEG - 98.4 ko
Jacob Ochtervelt (1634 - 1682)
Une nourrice et un enfant
dans le vestibule d’une riche maison
, 1663
Huile sur toile - 81,5 x 66,8 cm
Washington, the National Gallery of Art
Photo : NGW

21/10/15 - Acquisition - Washington, National Gallery - L’oeuvre était visible à la TEFAF en mars dernier, sur le stand de la galerie Johnny Van Haeften qui l’avait lui-même acquise dans une vente de Sotheby’s à New York le 30 janvier 2014. C’est la National Gallery de Washington qui l’a finalement achetée auprès du marchand londonien d’origine hollandaise.

Il s’agit d’une scène de genre de Jacob Ochtervelt, natif de Rotterdam, qui se forma auprès de Nicolaes Berchem et s’installa à Amsterdam. Dans le hall d’entrée d’une riche maison se tiennent une nourrice et un petit garçon habillé d’une élégante robe blanche (c’était le cas pour tous les garçons jusqu’à l’âge de six ans environ). La porte est ouverte : sur le seuil, une mère et son fils demandent l’aumône. Le jeune mendiant a un pied dans la maison, mais un chien s’est dressé et veille à ce qu’il n’aille pas plus loin. Il tend son chapeau dans lequel le petit garçon laisse tomber une pièce de monnaie. Plus loin, ses parents l’observent, fiers sans doute de la bonne éducation de leur fils et de sa vertu.
Jacob Ochtervelt évoque plusieurs aspects de la charité : l’aumône faite aux pauvres et la femme qui donne le sein à un nouveau-né. Comme souvent, l’artiste met en scène différentes classes sociales, clairement définies par les vêtements et les attitudes des personnages. Ce sont deux mondes en miroir, composés des mêmes figures - un garçon, une mère, une nourrice - de part et d’autre de la porte, point de passage entre l’intérieur et l’extérieur, la richesse et la pauvreté. À droite, l’opulence se déploie dans une enfilade de pièces hautes de plafond, l’effet de perspective étant accentué par le dallage qui varie d’une salle à l’autre. À gauche, la porte ouverte laisse voir des arbres et un ciel brumeux. Enfin Ochtervelt met en abyme la peinture, introduit un tableau de paysage dans la maison, tandis qu’un paysage réel s’aperçoit à travers la porte.
Cette peintures vient rejoindre d’autres scènes de genre hollandaises du milieu du XVIIe siècle, Johannes Vermeer, Pieter de Hooch, Gerard ter Borch et Gabriel Metsu.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mercredi 21 octobre 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux tableaux de Thomas Couture récemment acquis par Senlis

Article suivant dans Brèves : Souscription réussie pour le Corneille de Lyon