La mythologie de l’Ouest dans l’art américain 1830-1940 Contenu abonnés


Rouen, Musée des Beaux-Arts, du 28 septembre 2007 au 7 janvier 2008. Puis, Rennes, musée des Beaux-Arts du 13 février au 11 mai 2008 et Marseille, Centre de la Vieille Charité, du 6 juin au 31 août 2008.

JPEG - 57.1 ko
1. Georges Catlin (1796-1872)
Portrait du chef indien, Wae-ee-ton, vers 1846
Huile sur toile - 81 x 65 cm
Paris, Musée du Quai Branly
Photo : D. Rykner

Alors que la culture des Etats-Unis est si présente dans nos vies, pour le meilleur comme pour le pire, il est paradoxal que la peinture et la sculpture américaine du XIXe siècle soient à ce point ignorées. Il est vrai que, même dans leurs pays d’origine, les artistes de l’Ouest sont souvent exclus des musées de beaux-arts et cantonnés à des institutions spécialisées, hors quelques exceptions telles que le Denver Art Museum ou le Minneapolis Institute of Arts. L’exposition de Rouen, qui fera ensuite étape à Rennes et à Marseille1, vient donc à point pour montrer au public français un art qu’on aurait tort de considérer avec condescendance.

Le maître d’œuvre de cette rétrospective, Laurent Salomé, directeur du musée de Rouen, s’est tellement impliqué dans sa préparation qu’il est devenu un véritable spécialiste de l’Ouest américain. Le catalogue, qu’il a dirigé et dont il a rédigé une grande partie des textes, est un modèle du genre. On signalera en particulier son essai Les illustrateurs sont-ils des peintres ? qui se penche sur une problématique au cœur de cette peinture : sa proximité avec l’illustration, un art réputé mineur. Frederic Remington, l’un des rares artistes dont le nom peut évoquer quelque chose pour les Français, dut ainsi attendre la fin de sa vie pour être considéré, enfin, comme un véritable peintre. Laurent Salomé conclut son article sur une image extrêmement forte, un tableau intitulé La Madone de la prairie (hélas absent de l’exposition) par William H. D. Koerner (1921, Cody, Buffalo Bill Historical Center). On y voit une jeune femme assise, de face, à la tête d’un chariot du même type que ceux de la conquête de l’Ouest. La toile qui se déploie autour de sa tête donne l’effet d’une auréole, métamorphosant cette figure en une espèce de sainte italienne. Cette peinture est célébrissime aux…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : L’art des frères d’Amboise. Les chapelles de l’hôtel de Cluny et du château de Gaillon

Article suivant dans Expositions : Dessins de Joseph Bernard (1866-1931)