La Maison Goupil et l’Italie Contenu abonnés


Bordeaux, galerie des Beaux-Arts, du 24 octobre 2013 au 2 février 2014.

JPEG - 144 ko
1. Giovanni Boldini (1842-1931)
Portrait de Marthe Régnier, 1905
Huile sur toile - 231 x 120
Collection privée
Au premier plan, photogravure couleur de la Maison Goupile
Musée Goupil
Photo : Didier Rykner

Il n’est pas trop tard pour parler de cette exposition qui se terminera dans quelques jours, car son catalogue, lui, restera et apporte beaucoup d’informations sur un sujet original.
Si les historiens de l’art connaissent bien, en effet, la Maison Goupil, qui fut au long du XIXe siècle à la fois un important marchand de tableaux et un éditeur de reproductions d’œuvres par l’estampe et la photographie, ses rapports avec l’Italie n’ont jamais fait l’objet à notre connaissance d’une étude spécifique.

Le catalogue ne propose malheureusement que des fiches d’œuvres réduites aux caractéristiques techniques et à l’historique. Mais son véritable apport tient aux essais qui étudient en détail le sujet. Ils rappellent que la Maison Goupil, qui fut créée en 1829, eut immédiatement un développement international, ouvrant rapidement des magasins à Londres et à New York, puis ensuite des bureaux à peu près partout en Europe. L’activité restait pourtant essentiellement à Paris qui exportait ensuite les tableaux et les estampes. Si aucun bureau ne fut ouvert en Italie, de nombreux artistes de ce pays firent vendre et reproduire leurs œuvres par cette entreprise, essentiellement après les années 1870. Certains sont bien connus en France, comme Giuseppe de Nittis et Giovanni Boldini (ill. 1), d’autres restent beaucoup plus confidentiels, tels Alceste Campriani, Vittorio Corcos, Domenico Morelli ou Federico Rossano... Environ 100 peintres italiens furent en affaire avec Goupil et plus de mille œuvres sont concernées.


JPEG - 91.7 ko
2. Giovanni Boldini (1842-1931)
Promenade solitaire
Huile sur toile - 55,8 x 34,9 cm
Collection privée
Photo : Didier Rykner
JPEG - 190.2 ko
3. Giuseppe De Nittis (1846-1884)
Le Pont de Westminster et la Maison du Parlement
Huile sur toile - 110 x 195 cm
Collection privée

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Rodin, la lumière de l’antique

Article suivant dans Expositions : Trésors enluminés des musées de France