La fête à Saint-Cloud de Fragonard prêtée au Louvre


JPEG - 45.6 ko
Jean-Honoré Fragonard (1732-1806)
La Fête à Saint-Cloud, 1775-1780
Huile sur toile - 216 x 335 cm
Paris, Banque de France
Photo : Banque de France

11/12/05 – Evénement - Paris, Musée du Louvre - A partir du 16 décembre, et pour six mois, le Musée du Louvre exposera La Fête à Saint-Cloud de Jean-Honoré Fragonard, conservée habituellement dans les appartements du gouverneur de la Banque de France1.

Il s’agit d’un des tableaux les plus importants de l’artiste, mais aussi d’un des plus mystérieux. Datable des environs de 1775-1780, son sujet (le titre n’a été donné qu’en 1885), sa provenance et la date de son entrée dans les collections de la banque ne sont pas connus précisément. Dans la plus récente publication consacrée à cette toile2, Pierre Rosenberg a proposé d’y reconnaître un des cinq tableaux de Fragonard provenant de la collection de Louis-Pierre-Sébastien Marchal de Sainscy passée en vente à Paris en 1789. Ces œuvres, qui faisaient probablement partie du décor, ne furent semble-t-il pas adjugées et durent rester dans l’hôtel. Celui-ci fut acquis après 1806 par la Banque de France et détruit vers 1930. C’est entre ces deux dates que la Fête dut être transférée dans l’Hôtel de Toulouse, le siège de la banque, avec trois tableaux de Francesco Casanova qui y sont toujours conservés. Pierre Rosenberg identifie les quatre autres Fragonard avec La balançoire et Le colin-maillard aujourd’hui à la National Gallery de Washington, et Le cheval fondu et La main chaude, du même musée3.

On peut s’interroger sur le fait qu’un tel tableau, qui appartient à l’Etat, soit habituellement tenu loin des yeux du public. Souhaitons qu’à terme une solution soit trouvée pour que la Fête à Saint-Cloud puisse demeurer exposée en permanence.


Didier Rykner, dimanche 11 décembre 2005


Notes

1En échange de ce prêt prestigieux, le Louvre a déposé un tableau de Carle Vernet, La chasse aux daims, du Salon de 1827 (nous avions écrit qu’il s’agissait d’un tableau de Joseph Vernet ; merci à la personne qui nous a signalé cette erreur).

2Pierre Rosenberg, « Fragonard, La fête à Saint-Cloud, Louis-Pierre-Sébastien Marchal de Sainscy et la Banque de France » dans l’ouvrage : Collectif, Place des Victoires, Editions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 2003 (voir notre article sur ce livre).

3Leurs dimensions sont différentes, mais il semble que ces deux dernières toiles aient été coupées.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La Résurrection de Lazare de Vien retrouvée

Article suivant dans Brèves : Plusieurs nominations récentes de directeurs de musées français