La Fabrique du romantisme. Charles Nodier et les Voyages pittoresques Contenu abonnés


Paris, Musée de la Vie romantique, du 11 octobre 2014 au 18 janvier 2015

JPEG - 95.5 ko
1. Eugène Emmanuel Amaury-Duval (1808-1885)
Portrait de Marie Nodier
Huile sur toile - 110 x 80 cm
Cour-Cheverny, collection Mennessier-Nodier
Photo : D. R.

« Cette rage de destruction est une vieille maladie chez nous, et une vaste instruction répandue dans toutes les classes de la nation pourra seule en triompher »1. Cette remarque du Baron Taylor est toujours d’actualité 200 ans après et devrait s’appliquer en premier lieu aux classes politiques.

En partenariat avec la Fondation Taylor2 le Musée de la Vie romantique consacre une exposition à Charles Nodier (1780-1844). Cet essayiste et romancier, qui fut nommé bibliothécaire du comte d’Artois à l’Arsenal en 1824, reçut dans son salon le premier cénacle romantique : Hugo, Dumas, Balzac, Gautier, Nerval, Musset, Vigny… Seuls manquaient Chateaubriand et Stendhal. Comme le suggère une lithographie de Tony Johannot intitulée Soirée d’artiste, la littérature y côtoyait la peinture et la sculpture, incarnées par Delacroix, Devéria, David d’Angers, Boulanger…
Le parcours de l’exposition s’ouvre sur les mondanités artistiques du salon de Nodier évoquées par une galerie de portraits : celui inédit de sa fille Marie par Amaury-Duval notamment (ill. 1) et puis les frères Devéria, auteurs et modèles de plusieurs effigies peintes et lithographiées, Victor Hugo enfin en jeune blondinet dessiné par Ziegler3.

Charles Nodier fut aussi réputé pour sa plume et c’est en tant qu’écrivain qu’il participa aux Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, ouvrage édité par souscription, dirigé par le baron Taylor, avec la participation d’Alphonse de Cailleux. C’est le projet d’une vie, une aventure littéraire et iconographique qui dura de 1820 à 1878, et connut un succès immédiat. Il se compose d"une vingtaine de volumes qui décrivent - en mots et en images - neuf régions de France, plus particulièrement les paysages, les monuments et les sites remarquables que l’on peut y admirer.
Une partie du texte est…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Segantini. Ritorno a Milano

Article suivant dans Expositions : Vu du front. Représenter la Grande Guerre