La dérive des expositions Contenu abonnés


On célèbre partout, avec une unanimité suspecte, la « renaissance » du musée du Luxembourg, qui abrite enfin de grandes expositions. C’est oublier que ce musée discret avait accueilli pendant de nombreuses années des manifestations remarquables : Peintures italiennes des musées de la région Centre, Dessins de la donation Puech ou Patrimoine de Seine et Marne, sans oublier, les frères Flandrin ou James Pradier...
Ces belles expositions, qui faisaient avancer l’histoire de l’art et la connaissance des œuvres, n’avaient qu’un défaut : elles étaient peu fréquentées. Or, il s’agit aujourd’hui de faire du chiffre et de battre des records d’entrée : le nombre de visiteurs est scruté par tous les décideurs. Que le Journal des Arts ou l’Art aujourd’hui publient régulièrement le palmarès des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article suivant dans Éditorial : Internet et histoire de l’art