La collection Oulmont. Dessins, peintures et pastels du XVIIIe siècle Contenu abonnés


Auteur : Jérôme Delaplanche et al.

JPEG - 76.3 ko
1. François Boucher (1703-1770)
Quos ego, 1743
Pierre noire et rehauts de craie blanche - 56 x 39 cm
Epinal, Musée départemental d’art
ancien et contemporain
Photo : Claude Philippot
Voir l'image dans sa page

On ne le répétera jamais assez : cataloguer, publier, faire connaître au plus grand nombre leurs richesses fait partie des principales missions des musées et permet non seulement de réintégrer dans le circuit scientifique des œuvres inédites comme le rappelle Jérôme Delaplanche, mais aussi de les protéger à terme contre l’oubli, le vol, les attaques du temps. Cela est d’autant plus vrai pour les dessins qui ne peuvent être exposés en permanence
On se réjouit donc de cette publication du musée d’Epinal accompagnant une exposition que nous n’avons pas vue, qui étudie tout un ensemble graphique largement ignoré (à quelques exceptions près), même des spécialistes

Cette collection, léguée par le docteur Paul Oulmont (1849-1917) en 1917 au musée d’Epinal, fut en réalité constituée par son neveu, Charles Oulmont (1883-1984). Encore aujourd’hui, cette libéralité constitue l’essentiel des dessins anciens possédés par le musée ; les deux seules autres feuilles antérieures à 1800 qu’il conserve1 ont été logiquement incluses dans cet ouvrage qui constitue ainsi le catalogue exhaustif des dessins d’Epinal, auquel s’ajoutent les rares peintures faisant partie du legs. Celui-ci est essentiellement constitué de feuilles du XVIIIe siècle, surtout françaises mais aussi italiennes et, ce qui est beaucoup plus rare en France, de quelques œuvres anglaises. Pour une large part donc, la collection Oulmont, formée au début du XXe siècle, est encore représentative du goût « Goncourt ».


JPEG - 49.7 ko
2. Jean-Baptiste Mallet (1759-1835)
La Visite
Gouache sur carton - 27,9 x 22,4 cm
Epinal, Musée départemental d’art ancien et contemporain
Photo : Claude Philippot
Voir l'image dans sa page

Comme nous l’indiquions, quelques œuvres étaient déjà bien connues et publiées, comme la Pietà de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Visages d’antan. Le Recueil d’Arras (XIVe-XVIe s.)

Article suivant dans Publications : Souvenir de Fontainebleau