La cathédrale de Chartres retrouve ses enduits d’origine


9/7/09 – Restauration – Chartres, cathédrale – De toutes les cathédrales françaises, Chartres est sans doute l’une de celles dont le décor d’origine, qu’il s’agisse des sculptures ou des vitraux, est le mieux conservé. On sait moins en revanche, que 80% des enduits du XIIIe siècle subsistent encore presque intact sous la crasse et les badigeons ultérieurs. Depuis longtemps une restauration était souhaitée, qui peut aujourd’hui être menée à bien grâce, notamment, à une participation de la Région Centre (2 millions d’euros) et de l’Europe (1,5 million).


JPEG - 63.7 ko
1. Haut du chœur de la cathédrale de Chartres
Après restauration
Photo : Didier Rykner
JPEG - 59.3 ko
2. Voûte du chœur de la cathédrale de Chartres
Après restauration
Photo : Didier Rykner

Cela fait plaisir de souligner la qualité d’une restauration, menée par l’architecte en chef Patrice Calvel, qui va pourtant modifier du tout au tout l’idée que l’on a de la cathédrale de Chartres. Il s’agit ici de retrouver l’aspect initial sans rien refaire, simplement en nettoyant. Le résultat est stupéfiant lorsqu’on le découvre en montant jusqu’en haut des échafaudages installés dans le chœur. Les vitraux, dont la campagne de restauration se poursuit parallèlement, apparaissent encore plus lumineux dans ce nouvel environnement (ill. 1). La couleur des murs passe de noirâtre à un bel ocre à faux joints blancs, les nervures de l’architecture étant elles-mêmes recouvertes de blanc, tandis que les clés de voûte (ill. 2) sont polychromes (on ne sait exactement de quand date cette polychromie, qui a été soigneusement préservée).


JPEG - 55.4 ko
3. Chœur de la cathédrale de Chartres
Bande témoin conservée après restauration
Photo : Didier Rykner
JPEG - 47.8 ko
4. Chapelle du déambulatoire de
la cathédrale de Chartres
Après restauration (la couleur des
murs a été entièrement reconstituée, la
polychromie de la clé, qui date du XIXe
siècle, a été heureusement conservée
Photo : Didier Rykner

JPEG - 73.5 ko
5. Détail d’un vitrail du haut du chœur de la
cathédrale de Chartres
Photo : Didier Rykner

Répétons-le : ce qu’on voit sur les photos n’est pas une reconstitution, contrairement à ce qui a été fait, au tout début du chantier, dans deux chapelles du déambulatoire, où plus rien n’existait1 (ill. 3). Il s’agit de la couleur d’origine qui sera seulement harmonisée par des retouches illusionnistes aux endroits où l’enduit d’origine a disparu. Deux témoins ont été laissés en place (ill. 4) qui montrent à quel point le changement est important. Cette couleur subsiste, et sera mise au jour, jusqu’au dessous du triforium où commence la partie réalisée au XVIIIe siècle par Victor Louis. La fin de ce chantier est prévue pour la fin de l’année 2009 mais les travaux se poursuivront jusqu’en 2015, date à laquelle l’ensemble de l’intérieur devrait avoir été nettoyé. Par ailleurs, une étude est actuellement menée sur les sculptures du portail nord en vue de leur prochaine restauration2.

English version


Didier Rykner, jeudi 9 juillet 2009


Notes

1Grâce au mécénat de deux associations : Les Amis de la Cathédrale de Chartres et Chartres Sanctuaire du Monde.

2Les sculptures de la façade et celles du portail nord ont déjà fait l’objet de campagnes de restauration.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau de Laurent de La Hyre acquis par le musée de l’Armée

Article suivant dans Brèves : L’Annonciation de Jacques Blanchard acquise par le Musée de Vic-sur-Seille