L’utopie photographique. Regards sur la collection de la Société française de photographie Contenu abonnés


JPEG - 53.9 ko
1. Louis Humbert de Molard (1800-1874)
Charbonniers
Papier salé
Paris, Société Française de Photographie
Voir l'image dans sa page

Il y a 150 ans naissait à Paris la Société française de photographie. De droit privé tout d’abord, puisqu’elle réunissait des amateurs soucieux de reconnaissance autant que d’indépendance, elle a été reconnue d’utilité publique dès 1892 et, à ce titre, jouit aujourd’hui de locaux dépendants de la BnF. Il est vrai qu’il s’agit d’un trésor national, d’une sorte de musée des origines, d’autant plus précieux que la photographie ancienne a le vent en poupe, qu’elle a trouvé et façonné son audience, voire un public pour qui il n’est plus de clivage entre Le Gray et Cindy Sherman, la photographie pure et la photographie plasticienne. D’une certaine manière, on…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Le symbolisme polonais

Article suivant dans Expositions : L’Italie à la cour de France