L’étrange affaire du Cranach de la collection Liechtenstein Contenu abonnés


5/3/16 - Affaire judiciaire - La saisie, par la justice française, de la Vénus de Lucas Cranach (ill. 1), au cœur de l’exposition de la collection Liechtenstein à Aix-en-Provence, fait du bruit et couler beaucoup d’encre. Ce tableau, acquis auprès de Colnaghi à Londres en 2013 pour 7 millions d’euros, est en effet soupçonné d’être un faux. Rectifions d’abord quelques erreurs qu’on a pu lire ici ou là. Il s’agit bien d’un panneau, pas d’une toile. Ce n’est pas la première fois que la collection Liechtenstein est en partie montrée en France : ce fut le cas il y a quelques années au Palais Lumière à Evian (lire notre article). Enfin, la photo publiée dans certains journaux n’est pas la bonne, mais celle d’une œuvre proche conservée à Francfort (ill. 2).


JPEG - 90.6 ko
1. Lucas Cranach (1472-1553)
Vénus
Huile sur panneau - 38,7 x 24,5 cm
Vienne et Vaduz, collection Liechtenstein
Tableau saisi à Aix-en-Provence
Photo : Collection Liechtenstein
JPEG - 93 ko
2. Lucas Cranach (1472-1553)
Vénus
Huile sur panneau - 37,7 x 24,5 cm
Francfort, Städelmuseum
Photo : Städelmuseum

La mise sous séquestre policière d’un tableau appartenant à un musée privé étranger est un acte grave. La suspicion sur l’authenticité est forcément préjudiciable au prince Hans-Adam II, le principal collectionneur d’art ancien actuel en Europe1 . Mais l’affaire serait beaucoup plus large et la police enquêterait sur une dénonciation anonyme depuis 20132. Des rumeurs à propos d’une vaste entreprise de faux courent de manière feutrée dans le monde de l’art depuis des mois. Plusieurs autres tableaux seraient en cause, des peintures flamandes et italiennes du XVIe et du XVIIe siècle notamment : certaines sont passées en ventes publiques, deux d’entre elles sont en dépôt dans des grands musées anglo-saxons. À charge, il faut reconnaître que les tableaux concernés sont tous des découvertes récentes, absentes des monographies antérieures à 2000, et que leur provenance et leurs historiques restent peu clairs. « Resté dans la même…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau d’Henri Decaisne acquis par Orléans

Article suivant dans Brèves : Suvée, Navez et Odevaere : nouvelles acquisitions pour Bruges