L’Etat espagnol préempte vingt lettres de Goya Contenu abonnés


7/5/04 – Acquisition – Madrid – Le 6 mai dernier, la maison de ventes Alcalá à Madrid proposait aux enchères 20 lettres de Goya, 19 envoyées entre 1775 et 1801 à son ami d’enfance Martín Zapater y Clavería et une à Doña Joaquina de Alduy en date du 6 juillet 1781. Reconnaissables à leur graphie penchée, expressive et hachée, certaines d’entre-elles contiennent des croquis caricaturaux ou pornographiques.

JPEG - 40.4 ko
JPEG - 28.3 ko

Déclaré en toute logique « Bien culturel patrimonial », ce fonds était interdit de sortie d’Espagne et a été préempté sans concurrence à la mise à prix de 420.000 €, vraisemblablement à destination du musée du Prado. Cette institution avait déjà acquis de la même provenance, il y a quatre ans, 98 des lettres adressées par l’artiste aragonais à Martín Zapater sur les 140 qui nous…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau de Richard Bonington interdit de sortie du Royaume-Uni

Article suivant dans Brèves : Un grand projet de sept expositions consacrées aux dessins italiens des XVIIe et XVIIIe siècles dans les musées de province