L’édition 2016 de la Foire de la TEFAF à Maastricht Contenu abonnés


JPEG - 50.7 ko
1. Gasparo Mola (1571-1640)
d’après un modèle de
Giambologna (1529-1608)
Crucifix
Or et ébène - H. 56,6 cm
Yates-Trebosc-Van Lelyveld
Photo : Yates-Trebosc-Van Lelyveld

De tous les bruits concernant la TEFAF, un est sûr : deux fois par an, la foire internationale s’installera à New York, en octobre pour l’art ancien, au printemps pour l’art moderne. En attendant, comme chaque année, les arts de toutes les époques et de tous les pays s’invitent pendant dix jours à Maastricht.

Certains nous ont dit trouver cette édition plus faible que d’autres. Nous pensons qu’ils sont un peu difficiles. Quiconque aurait une bourse bien garnie et du goût pourrait repartir avec de très nombreuses œuvres. Peintures, sculptures, objets d’art, pour rester dans notre champ, dessins même, les opportunités ne manquent pas et chaque année les grands collectionneurs et les musées internationaux y font leurs emplettes. Comme à notre habitude, nous effectuons ici un choix des objets qui nous semblent parmi les plus remarquables. Cette sélection est sans doute critiquable, d’autant que nous laissons forcément de côté bien d’autres œuvres importantes.

Nous commencerons chez Yates-Trebosc-Van Lelyveld par une sculpture entièrement en or repoussé, à l’exception des pieds et des mains en or massif, un crucifix sur croix d’ébène exécuté par l’orfèvre Gaspard Mola, d’après un modèle de Giambologna (ill. 1). On connaît deux autres exemples comparables appartenant à des musées, l’un à Milan (Museo Poldi Pozzoli), l’autre à Rimini. Celui-ci est cependant plus complet puisqu’il conserve à la fois l’inscription INRI, la couronne d’épine et, à sa base, la plaque représentant la Pietà.
Chez Benappi, on ne présente pas un, mais deux tableaux de Daniele da Volterra. Ces œuvres sont « notifiées » en Italie, ce qui signifie qu’elles devront y retourner et ne peuvent pas être exportées. Certains musées américains ont dû être frustrés de ne pouvoir les acheter, surtout celle que nous reproduisons ici, La…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Marché de l’art : La Brafa : édition 2016

Article suivant dans Marché de l’art : Le Salon du dessin 2016 vient d’ouvrir ses portes