L’Écosse retrouve et acquiert un portrait princier par Allan Ramsay


JPEG - 66.1 ko
Allan Ramsay (1713-1784)
Portrait de Charles Edward Stuart, 1745
Huile sur toile - 30, 4 x 25,4 cm
Édimbourg, Scottish National Portrait Gallery
Photo : Scottish National Portrait Gallery

7/4/16 - Acquisition - Édimbourg, Scottish National Portrait Gallery - C’est un portrait historique que vient d’acquérir la Scottish National Portrait Gallery d’Edimbourg : peint par l’un des grands portraitistes écossais du XVIIIe siècle, Allan Ramsay, il représente Charles Édouard Stuart (1720-1788), surnommé « Bonnie Prince Charlie » (bonnie signifiant beau) ou « le jeune prétendant ».
Né à Rome, il est le fils du prince Jacques François Stuart, alors en exil, et le petit-fils du roi Jacques II d’Angleterre qui fut renversé en 1688. Bonnie Prince Charlie était donc le prétendant Stuart aux couronnes d’Angleterre et d’Ecosse. Il entreprit de les reconquérir à l’occasion d’une nouvelle rébellion jacobite en 1745. Les « jacobites » étaient favorables au retour d’un roi Stuart prénommé Jacques jusque-là.

Allan Ramsay se forma à Londres, Rome, puis Naples, avant de faire une brillante carrière en Angleterre. Comme le suggère une lettre retrouvée dans les archives royales, le portrait fut peint au palais de Holyrood en 1745, peu avant la bataille de Culloden en 1746, qui entraîna la défaite du prince et sa fuite. Il s’agirait donc du seul portrait de Charles Édouard Stuart réalisé en Angleterre.
La toile d’Allan Ramsay est de petites dimensions et sans doute était-elle destinée à être gravée afin de diffuser l’image officielle du nouveau roi. Il porte une perruque, a sur le bras un manteau de velours rouge bordé d’hermine, et arbore à la poitrine le cordon bleu et l’étoile de l’ordre de la Jarretière. La composition est dynamique, le modèle présenté de trois-quarts sur fond neutre semble se tourner vers le spectateur et le regarder d’un air de défi.
Le tableau était considéré comme perdu. Il se trouvait en réalité depuis le XVIIIe siècle dans la collection privée de Gosford House, à East Lothian, résidence des comtes de Wemyss. C’est Bendor Grosvenor, historien d’art, marchand et auteur du très bon blog Art History News, qui a finalement retrouvé sa trace et l’a identifié. Estimé 1,1 millions de livres, l’État l’a acquis par dation (acceptance in lieu).

La Scottish National Portrait Gallery conserve un autre portrait du prince, beaucoup plus jeune, réalisé en 1732 par Antonio David, peintre de la cour jacobite à Rome. Elle détient en outre un très beau portrait par Maurice Quentin de La Tour qu’on a longtemps considéré comme celui de Bonnie Prince Charlie, mais qui est plus probablement celui de son frère, Henry Benedict.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, jeudi 7 avril 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La Frick Collection acquiert deux chandeliers de Pierre Gouthière

Article suivant dans Brèves : Nombreuses expositions dans les galeries parisiennes