L’Automne de la Renaissance d’Arcimboldo à Caravage Contenu abonnés


Nancy, Musée des Beaux-Arts, du 4 mai au 4 août 2013.

JPEG - 77.5 ko
1. Hans Hoffmann (entre 1530 et 1545-vers 1591
Aile de rollier d’Europe, vers 1588
Aquarelle et gouache, rehaussée de
blanc sur parchemin - 19 x 21,3 cm
Bamberg, Staatsbibliothek
Photo : Bamberg, Staatsbibliothek
Voir l'image dans sa page

Patricia Falguières, spécialiste du maniérisme, rappelle dans un essai du catalogue que cette époque vit, en quelque sorte, avec les biographies de Vasari, la naissance de l’histoire de l’art. Le maniérisme - terme longtemps resté péjoratif - fut pourtant, de manière paradoxale, longtemps dédaigné par cette discipline. Cette situation est depuis longtemps révolue : on ne compte plus, depuis une quarantaine d’années, les expositions, les livres ou les articles consacrés à ce style.
« Automne de la Renaissance » : le terme est joli, même si l’on y voit surtout un artifice permettant de relier l’exposition du Musée des Beaux-Arts de Nancy à la manifestation Nancy Renaissance 2013. Le maniérisme naît de la Renaissance (comment qualifier autrement certaines réalisations de Michel-Ange) mais se développe rapidement dans d’autres directions qui n’ont plus guère à voir avec le retour à l’antiquité.


JPEG - 249.7 ko
2. Adriaen de Vries (vers 1556-1626)
Rodolphe II introduit les Arts libéraux en Bohème, 1609
Bronze - 59,4 x 84,3 x 13 cm
Londres, château de Windsor, collections royales
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Le parcours, thématique, commence par un chapitre consacré à la manière dont les artistes de la fin du XVIe siècle ont regardé ceux de la Renaissance - ce qui est d’ailleurs une manière d’avouer que cette période était déjà révolue et historique. Des grands italiens, c’est surtout Michel-Ange que l’on regarde et de l’Allemagne Dürer. On voit ici un tableau de Roelandt Savery (artiste surreprésenté dans l’exposition) ou de magnifiques aquarelles de Hans Hoffmann (ill. 1).
La section suivante entre directement dans le vif du sujet en rappelant que le maniérisme est d’abord un art aulique. Plusieurs portraits de souverains…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Trois expositions impressionnistes en Normandie

Article suivant dans Expositions : Un nouveau monde. Naissance de la Lorraine moderne