L’Amon Carter Museum de Fort Worth achète un tableau de George Bellows


JPEG - 39.5 ko
George Bellows (1882–1925)
Le Pêcheur, 1917
Huile sur toile - 76 x 112 cm
Fort Worth, The Amon Carter Museum of Art
Photo : The Amon Carter Museum of Art
Voir l'image dans sa page

5/1/17 - Acquisition - Fort Worth, The Amon Carter Museum of Art - Vu de dos, seul face à la mer, le pêcheur tient fermement sa canne, le dos voûté, un pied en avant pour garder l’équilibre. The Amon Carter Museum of Art a pu acheter en décembre dernier ce tableau de l’Américain George Bellows à un collectionneur privé. Il a été peint en 1917 lorsque l’artiste se trouvait sur la côte pacifique à Carmel, dans le nord de la Californie. Le musée texan ne possédait pas, jusque là, de peinture de Bellows, mais conservait plus de 200 lithographies de sa main.

Il est intéressant de comparer cette œuvre à son étude préparatoire (en collection privée) dans laquelle le personnage occupe une place moins importante, rejeté au second plan, la toile étant surtout consacrée à la description des rochers battus par les flots. Dans la version finale, le peintre recentre la composition sur le pêcheur, évoquant un affrontement entre l’Homme et la Nature, combat bien différent de celui des boxeurs que représenta plusieurs fois Bellows et qui firent sa célébrité.
Quelques années plus tôt, en 1913, l’artiste avait peint une série de paysages maritimes, vides de toute présence humaine, montrant une côte rocheuse fouettée par l’océan, assez similaires à celui qu’il représente ici avec une touche libre, des coups de pinceaux visibles, une matière épaisse.

Si George Bellows est d’abord connu pour faire partie, comme Edward Hopper, de l’Ashcan School, et pour avoir saisi la vie urbaine dans des tonalités sombres, la mer occupe une place importante dans son œuvre et lui permet de composer des toiles plus lumineuses, faites de bleus et de verts que font briller la lumière du soleil. Comme une transition entre ville et mer, le thème des dockers et des ports fut également développé par l’artiste.
Il reprendra quelques années plus tard, en 1922, la figure du pêcheur seul, mais plus paisible, au cœur de la nature, dans une composition scintillante, presque onirique, car Bellows renouvela son style tout au long de sa carrière.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, jeudi 5 janvier 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Caen lance une souscription pour acheter un tableau de Seghers

Article suivant dans Brèves : Acquisitions récentes du Musée des Beaux-Arts d’Agen

s