L’Age roman au temps des comtes-ducs d’Aquitaine Contenu abonnés


Poitiers, Musée Sainte-Croix, du 16 septembre 2011 au 16 janvier 2012

JPEG - 237.1 ko
1. Chapiteau d’angle : monstre à tête de dragon
crachant des rinceaux, XIe siècle
Calcaire - 25,5 x 25,5 x 24 cm
Poitiers, Musée Sainte-Croix
Photo : Musées de Poitiers
Voir l'image dans sa page

L’idée première était d’organiser une grande exposition sur « l’âge roman en Poitou-Charentes » ; « l’âge » plus que « l’art » car il s’agit d’évoquer une époque et non un style, le roman ne se laissant pas si facilement ranger dans des cases. Le projet a finalement évolué vers la création de différentes petites expositions centrées sur les collections permanentes romanes de six musées de la région, à Poitiers, Saintes, Saint-Jean-d’Angély et la commune d’Airvault1 pour y porter un nouveau regard.
Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’expositions temporaires et l’ouvrage paru à cette occasion n’est d’ailleurs pas un catalogue d’exposition, mais un livre plus général, commun à toutes ces manifestations, qui offre un aperçu de la société et de la création artistique entre le Xe et le XIIe en Poitou-Charentes, sans toutefois chercher l’exhaustivité. Les œuvres présentées dans chaque musée sont réunies à la fin, malheureusement reproduites en vignettes avec une notice sans commentaire. Classés en trois grandes parties assez vagues - « une société florissante », « un rayonnement artistique » et « un Moyen Age réinventé » - les essais, très intéressants pour la plupart, alternent entre études de cas et synthèses sur les arts et la culture à cette époque florissante et dans cette région particulièrement prospère. Le « mécénat des comtes de Poitiers » ou « l’art roman et l’héritage antique » sont ainsi abordés, tout comme l’étude du donjon de Niort ou les sculptures de Notre-Dame de la Couldre à Parthenay. Bien que cet ouvrage ait pour vocation de s’adresser aux simples amateurs aussi bien qu’aux érudits, il n’était peut-être pas indispensable de rappeler ce qu’est un réfectoire ou bien d’aborder en trois pages « le monde des cloîtres » (leur origine, leur implantation et leur décor), sujet qui aurait mérité tout un livre ou rien du tout.

JPEG - 97.8 ko
2. Vase-reliquaire, XIe siècle
Verre bleu soufflé à décor blanc opaque rapporté -
H. 12 cm, D. 12,5 cm
Poitiers, Musée Sainte-Croix
Photo : Musée Sainte-Croix
Voir l'image dans sa page

Principal acteur de cette « saison romane », le musée Sainte-Croix propose donc deux événements, l’un permanent, l’autre temporaire. Tout d’abord, une nouvelle scénographie de la salle médiévale permet un redéploiement des collections permanentes, enrichies et organisées par aire géographique, notamment le bourg Saint-Hilaire, ou par monuments, tels que l’abbaye Sainte-Croix, l’église Saint-Nicolas et l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée.
L’ensemble sculpté de cette dernière est exposé pour la première fois dans son intégralité, du moins l’intégralité de ce qu’il en reste, à savoir des tympans et des chapiteaux feuillagés habités d’animaux plus ou moins fantastiques - dragon, centaure, cerf, lion (ill. 1). De grande qualité, ce…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Munch, l’œil moderne

Article suivant dans Expositions : Beauté, morale et volupté dans l’Angleterre d’Oscar Wilde