Ker-Xavier Roussel, le Nabi bucolique Contenu abonnés


Pont-Aven, Musée des Beaux-Arts, du 28 mai au 2 octobre 2011.

Chaque été, le musée de Pont-Aven consacre une exposition à un nabi. Après Maurice Denis et Paul Ranson, c’est au tour de Ker-Xavier Roussel. Le peintre n’avait pas fait l’objet d’une rétrospective depuis 1993 au musée de l’Annonciade à Saint-Tropez, et 1994 au musée Maurice Denis de Saint-Germain-en-Laye.


JPEG - 153.5 ko
1. Ker-Xavier Roussel (1867-1944),
La Vierge au sentier,
vers 1890-1892.
Huile sur toile - 54 x 37 cm.
Collection Winter.
Photo : Collection Winter
Voir l'image dans sa page

L’exposition réunit quelque 96 peintures, pastels, lithographies et dessins, en un parcours à la fois thématique et chronologique, qui met en valeur les thèmes récurrents de son œuvre et les deux étapes qui le rythment : la période nabie tout d’abord, puis une inflexion classique. Il est difficile de dater les peintures de Roussel, difficile aussi de le classer dans un courant ou dans un autre, tout simplement parce que l’artiste détruisit une partie de ses créations de jeunesse et se montra peu disert sur son art. Beaucoup des œuvres exposées à Pont-Aven sont de petit format, la plupart issues de collections particulières et certaines présentées pour la première fois au public. La famille du peintre s’est montrée généreuse en prêts et trois de ses arrière-petits-fils donnent une vision personnelle, familière et poétique de leur ancêtre dans le catalogue de l’exposition, dont c’est peut-être le seul intérêt puisqu’il rassemble des œuvres sans notice, n’a pas d’index et, outre un quatrième article de Gloria Groom sur la réception de l’artiste outre-Atlantique, se contente de proposer des extraits de textes déjà parus, celui qu’Alain écrivit en 1968, ou celui de Lucie Cousturier en 1927 ; à croire que cette exposition n’apporte rien de nouveau sur Roussel et que les œuvres inédites ne méritent aucun commentaire.
On notera par ailleurs que le musée d’Orsay n’a prêté aucune peinture ; cela s’explique en partie parce que Pont-Aven ne peut accueillir de grands formats - inconvénient auquel…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : L’acqua, la pietra, il fuoco : Bartolomeo Ammannati scultore

Article suivant dans Expositions : Guillaume Bodinier (1795-1872). Un peintre angevin en Italie