Journées du Patrimoine : l’avenir du passé antérieur et vice versa Contenu abonnés


JPEG - 71.8 ko

Sans rire, le thème des journées du patrimoine qui se tiendront les 19 et 20 septembre prochains est… le XXIe siècle. Place aux jeunes ! Les vieux croulants - on parle de monuments - sont des rabat-joie qui radotent et ressassent le passé. Désormais on veut voir un « geste architectural ». Et tant pis pour l’étymologie de « patrimoine » qui signifie « héritage du père » : tout le monde a le droit d’avoir un complexe d’Œdipe.

Lors de la conférence de presse qu’elle a tenue ce matin, la Ministre de la Culture a refusé d’entrer dans la querelle des Anciens et des Modernes, et d’opposer patrimoine et création contemporaine. Malraux lui-même n’a-t-il pas protégé l’architecture de Le Corbusier du vivant même de l’architecte ? Certes. Mais André Malraux s’est aussi occupé de la…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Fondation Abbeville-Patrimoine : un oxymore ?

Article suivant dans Éditorial : Les Rembrandt Rothschild peuvent entrer tous les deux au Louvre