Jean Laronze (1852-1937). Rives et rivages Contenu abonnés


Meudon, Musée d’Art et d’Histoire, du 11 octobre au 14 décembre 2014

JPEG - 204.1 ko
1. Jean Laronze (1852-1937)
La Loire au pont de Gilly, 1924
Huile sur toile - 54,5 x 80,5 cm
Collection particulière
Photo : Association des Amis de Jean Laronze

« L’harmonieux Ether, dans ses vagues d’azur, / Enveloppe les monts d’un fluide plus pur ; / Leurs contours qu’il éteint, leurs cimes qu’il efface, / Semblent nager dans l’air et trembler dans l’espace »1

Imprégnées d’une mélancolie lamartinienne, les toiles de Jean Laronze suivent inlassablement les cours d’eau de sa Bourgogne natale dans la lumière vaporeuse d’une aube ou d’un crépuscule (ill. 1).
Le musée d’Art et d’Histoire de la ville de Meudon, qui dédie depuis quelques années tout un département au paysage, consacre une exposition à cet artiste injustement tombé dans l’oubli, puni sans doute de s’être tenu à l’écart des avant-gardes qui marquèrent le tournant des XIXe et XXe siècles, impressionnisme, fauvisme, cubisme...
Marc Guillaume, arrière-petit-fils du peintre et président de l’association des amis de Jean Laronze, a sélectionné en collaboration avec l’association des Amis du paysage français, une quarantaine d’œuvres - peintures et dessins - dont plusieurs ont été restaurées pour l’occasion. La plupart sont issues de collections particulières et si certaines étaient visibles dans l’exposition de 2005 à Dijon2, d’autres n’ont jamais été montrées au public.

JPEG - 194 ko
2. Jean Laronze,
Soir doré, 1935
Huile sur toile - 54 x 81 cm
Collection particulière
Photo : Association des Amis de Jean Laronze

Partagé entre deux villes et deux ateliers, Génelard, où il est né, et Neuilly-sur-Seine où il s’installa en 1883, Jean Laronze se forma auprès d’Émile Dardoize, peintre des sous-bois, qui l’influença dans ses premiers tableaux. En 1880, il suivit aussi, à l’Académie Julian, l’enseignement de Robert-Fleury et celui de Bouguereau qui lui apprit l’importance du dessin, le travail exigeant de la composition. De fait, Laronze réalisait de nombreuses esquisses à l’huile et au fusain.

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Ribera à Rome, autour du premier Apostolado

Article suivant dans Expositions : Saint Louis